Le concert de l’Orchestre du Chantier

Alors que le public savourait de magnifiques airs de Mozart, du Händel, du Puccini, l’orchestre, caché derrière les solistes, s’affairait:

– les seconds violons du fond se demandaient avec désespoir, après 23 mesures de ploums, s’ils en étaient au plim-plam-plom ou au ploum-plam-plim. Foutus triolets.
– les cornistes avaient dissimulé une bouteille de champ’ sous un pupitre et tenaient un brin de causette entre deux poooon en sirotant un petit verre*,
– le harpiste, bien que ne jouant que dans deux morceaux sur seize, tournait régulièrement des pages. Heureusement, c’était dans le sujet.
– le premier violon jouait de magnifiques soli, les altos tentaient leur chance aussi,
– la contrebassiste avait suspendu de mignons petits cœurs en velours rouge à l’une des chevilles de sa contrebasse. C’est romantique, les contrebassistes.

* mais comme il s’agissaient des meilleurs cornistes du monde, ils en avaient bien sûr le droit. En puis, en leur demandant gentiment, ils vont jusqu’à partager leurs provisions.

10 comments On Le concert de l’Orchestre du Chantier

Répondre:

Your email address will not be published.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!