vendredi 1 février 2013

Planning de février : s'il n'a ses bourrasques, tous les mois feront des frasques !


5 Comms'
3. Les hostilités commenceront par le Bartok-Maraton du Palais des Arts de Budapest : des mois et des mois que je compte les jours qui me séparent du 3 février. Il y aura du Bartok a gogo, le Concerto pour orchestre, celui, n°1 pour violon, des choeurs mixtes, des choeurs non-mixtes, des petits-bout-de-chou de pianistes qui nous joueront Mikrokoszmosz, le Divertimento pour cordes, hourrah, des quatuors, un Mandarin, merveilleux, forcément, et l'inévitable Barbe-Bleue, joué, chanté par les références : István Kovács et Ildikó Komlósi, accompagnés du Budapest Festival Orchestra et de leur/mon Iván Fischer adoré.
Dimanche soir, je vais mourir de bonheur.
(faut-il aussi préciser que le vin blanc des buvettes du Palais des Arts de Budapest est abordable et plutôt inoubliable ?)

7. Retour à Paris, transition en douceur avec les Danses de Galánta de Kodály, par l'Orchestre de Paris, salle Pleyel. Yuja Wang est soliste invitée pour un concerto de Prokofiev, je ne me rappelle plus du numéro. J'avoue être un brin refroidie depuis sa prestation du week-end dernier avec les Berlinois. Bon.

8. Le vendredi 8, direction le Théâtre des Champs-Elysées pour revoir un de mes tous nouveaux violonistes chouchoux, Dmitry Sinkovsky, qui dirigera du violon le Complesso Barocco. Accessoirement, une certaine Joyce DiDonato chante des airs d'opéra.

9. C'est à la Cité de la Musique que ça se passe : les Dissonances y jouent Brahms.

17. Jean-Marc K., lauréat du prix 'Un Certain Archet' des Kscops 2011, donne un maxi-programme Brahms (mais qu'est-ce qu'ils ont tous avec Brahms, ces jours-ci ??) à la Cité U. Il y aura des choses pour alto, pour violoncelle, pour violon et piano, j'imagine que toutes les parties de tous les instruments sont tenues par Jean-Marc. Allez savoir de quoi il ne joue pas.

21. Orchestre de Paris, salle Pleyel. Parce que Johannes Weisser, parce que Emanuel Ax (il est au-delà du divin chez Mozart, cet homme).

28. Je revends (15€) ma place pour le Quatuor Borodine avec Boris Berezovsky, à Pleyel, parce qu'il y a mieux ce soir là : Marc Korovitch (oui, Marc Koroviiiiitch en personne, le chef adoré des Concerts Gais, le plus jeune chef invité du Concerto Köln, etc, etc) et l'Orchestre Colonne joueront le Requiem Allemand de Brahms à Saint-Eustache. Oui, Brahms, encore, décidemment. A croire qu'il y a un anniversaire. Un centquatrevingtenaire, apparemment.

5 Comms':

Isabelle A. at: 1 février 2013 à 15:16 a dit…

Mieux que Boris Berezovsky??? Tttt..

{ Klari } at: 1 février 2013 à 17:52 a dit…

Il ira loin, le p'tit (?) Korovitch, il ira loin ... :-)

Groupie anonyme at: 5 février 2013 à 23:53 a dit…

Bonsoir Klari,
Je lis depuis un an peut-être tes chroniquettes, qui m'enchantent. Je ne suis pas concertovore comme toi, et demain soir ce sera donc la première fois que nous aurons un concert en commun (Yuja Wang et l'Orchestre de Paris à Pleyel). L'idée d'être dans la même salle qu'un esprit doté d'un humour aussi délectable me ferait presque frétiller (j'exagère à peine). Je crains presque de rater la moitié du concert à observer le public pour essayer d'y reconnaître le visage du brillant personnage.
C'est tout ce que j'avais à dire !

Groupie anonyme déçue at: 5 février 2013 à 23:56 a dit…

Diable, non, tu y vas jeudi, pas demain. Ah ma distraction me perdra... que dis-je, m'a perdue !

{ Klari } at: 6 février 2013 à 08:47 a dit…

Merci pour ce commentaire très gentil et pas qu'un peu flatteur... et très bon concert ce soir !

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White