mercredi 4 juillet 2012

Graz (chroniquette touristique un petit peu musicale)


29 Comms'
Avant de chroniquetter les deux concerts grazois du week-end dernier, quelques mots sur Graz, cette délicieuse ville de verdure et de musique : la ville de mes rêves, en somme ?

Karl Böhm, chef d'orchestre, sous son arbre

Graz en juillet, il fait chaud.Même les chapeaux de soleil craignent la chaleur.
Chapeaux Grazois sous leurs chapichapo en papier

Quelques havres de fraîcheur, dans l'improbable réseau de galeries souterraines nichées sous le Schlossberg :
La cage d'ascenseur du Schlossberg

Du frais !

GRAZ - Activités sportives

L'ascension dudit Schlossberg est la principale activité sportive pratiquée par le touriste. Les Grazois, eux, s'ébrouent joyeusement au Auster Sport-und Wellnessbad, non loin du château Eggenberg (le tout Graz y était ce week-end). En vaillante touriste, j'ai escaladé le Schlossberg ... vers midi. Après quoi, trois ou quatre litres d'eau et une sieste auront suffi pour me remettre sur pied.
260 marches !

L'alpiniste courageux peut admirer, au cours de l'ascension, de magnifiques paysages grazois : le Kunsthaus, l'aubergine géante à picots qui héberge un musée,
Vue de Graz, le Kunsthaus en premier plan
Le Kunsthaus, vu de dessous
de magnifiques cours intérieures,

mais alors qu'on puise dans les réserves pour trouver la force de grimper la 183ième marche sous un soleil impitoyable, certains paysages confinent à la torture.
Une piscine ! Salauds !

Voici nos efforts récompensés alors qu'on arrive non loin de l'Uhrturm (tour de l'horloge), originellement multi-fonctions : horloge, réveil, alarme de pompiers et jingle musical avant les exécutions (qui, jadis, constituèrent le principal divertissement des Grazois). Heureusement, les Grazois se divertissent désormais grâce au Styriarte ainsi qu'au Steirisches Festival.
Uhrturm

Steirisches Festival (affiche)

les banderoles roses du Styriarte, qui constellent la ville

Du jour où un pompier maladroit envoya ses collègues à un bout de Graz éteindre un feu qui n'en était pas un, puis, se reprenant, les envoya à l'autre bout de Graz, où il n'y avait pas plus d'incendie, l'Uhrturm ne remplit plus qu'un rôle d'horloge. De manière assez fantaisiste, car la grande aiguille montre les heures, la petite, les minutes.

Chaque quart d'heure, cette installation siffle et crache. Les poulies poulissent, les chaînes grincent, un clapet fou frétille comme un brochet sorti de l'eau. Au milieu de toute cette agitation, on distingue à peine le délicat mouvement d'une poutre qui s'en va actionner la cloche de la tour.
Il est quelle heure ?

Graz est une ville de verdure et de musique, disais-je un peu plus tôt. Prouvons-le.

LA FAUNE ET LA FLORE

Graz, vue du centre-ville (et si je vous parlais des voies sur berges et des voies-sous-berges perdues dans la verdure..?) :
La vue depuis le petit pont du Murinsel

Le château de la Belle-au-Bois-Dormant (centre-ville)

Les roses du Schloss Eggenberg
En ce qui concerne la faune, on y trouve les usual suspects : des canards, des coqs (en terre cuite, certes)...
Petits canards qui remontent le cours de la Mur

Petit coq en terre cuite (Mehlplatz)
..des dragons verts..
Dragon sympa
 mais le fleuron de la faune grazoise est sans conteste le paon. Fier et altier..
Paon (à qui on a appris à poser)
... sachant toutefois se faire discret ...
Coucou !
 ... tendre et amoureux quand le paon rencontre sa paonne. Ils se racontent des petits riens "Llliiiiiiiieeeeeeiiiiiiiihhhh" "Liiiiiiiiaaaiiiiiieeeeeeh", se charment l'un l'autre...
Léon rencontre Léonne
... se plurent, et vécurent de longues minutes ensemble (quelques instant après cette photo, Léonne avait d'ores et déjà abandonné Léon pour Léo, tapi derrière un arbre)
T'as de belles plumes, tu sais ?
 Même déplumé, un paon ne se départit pas de sa légendaire fierté.
J'ai pas de plumes, je suis vexé. Si c'est comme ça, je m'en vais.
Aristocratique, le paon. Quoiqu'un peu cabotin, aussi. Mais capable de poser longuement et patiemment pour le paparazzi.
J'habite au château Eggenberg. Et vous ?
Graz n'est pas qu'un havre de verdure, mais une ville trépidante, qui se targue d'une tissu économique - industriel et commercial - d'une vigueur peu commune.

L'INDUSTRIE ET LE COMMERCE

L'aéronautique grazoise, à la pointe de la technique :
Le fleuron de la flotte grazoise


Le commerce ne faiblit pas malgré la crise. Si je n'ai pu m'adonner aux joies du shopping - les boutiques sont fermées du samedi midi au lundi matin - j'ai toutefois pu me délecter des adorables vitrines grazoises, et admirer, nez en l'air, ces magnifiques enseignes que les commerçants grazois semblent affectionner :
Enseigne d'un magasin de jouets

Enseigne de boulangerie (?)

Magasin de Dirndl et de Trachten

Ce sont les soldes, sur les dirndl
 Mais on peut également se procurer de très mignonnes maisons pour oiseaux :

 et de très mignons sacs à mains (j'ai lutté contre la tentation)

Qui veut une montre ? (des Meistersinger, pour les plus wagnéreux d'entre nous)

Die Meistersinger von Graz
 L'acheteur compulsif pourra se procurer des machins.

Et des trucs.

Mais tout cela n'est pas bien sérieux. Neminem pecunia divitem fecit, semble se dire la gargouille hilare, qui se gausse des utilisateurs du distributeurs de billets de la Sparkasse.

En effet, la richesse de Graz c'est d'abord et avant tout :

LA MUSIQUE

A Graz, on boit en musique :
Mozart liqueur (au chocolat !)
Avez-vous remarqué le bouchon en forme de volute de violon du schnaps Nannerl ?

Même les oursons des les magasins de jouets jouent de la musique :

Les girafes jouent de l'ukulélé bleu.

S'il pleuvait à Graz, on s'abriterait sous un parapluie musical :
Parapluie-piano
Une dent creuse ? Dégustez des pâtes solfégiques.

Après digestion de ces dernières, vous pourrez essuyer votre auguste popotin avec du 'musikalisches Klopapier'. Bach, concerto en la, suggère l'escogriffe.

J'aime Graz ♥.

29 Comms':

{ Joël } at: 4 juillet 2012 à 00:54 a dit…

Oh la la... Ça donne envie ! Tout en explorant la ville, tu as réussi à faire la sieste, aller voir deux ou trois concerts, faire la sieste, manger des glâces ?! Impressionnant...

{ Klari } at: 4 juillet 2012 à 01:04 a dit…

J'étais CIHOHInergisée :-)

{ Joël } at: 4 juillet 2012 à 01:34 a dit…

Du coup, je me demande si pour l'été 2013, je n'irais pas visiter quelques villes autrichiennes ou allemandes... et réserverais mon indispensable transhumance indienne pour la saison des festivals à Chennai (à savoir le nouvel an), ce qui pourrait aussi favoriser la réalisation d'un de mes phantasmes musicaux (Balamurali Krishna a chanté dans ce festival en 2011. Un programme musical à rendre fou de musique carnatique : cinq concerts au cours de la journée de 9:15 à 21:30 avec seulement quelques pauses de 15 minutes !)

{ Klari } at: 4 juillet 2012 à 10:08 a dit…

ce n'est pas moi qui irais t'en dissuader !

(punaise, après un festival pareil, on doit être un expert en musique carnatique)

(à côté, même le Bartok-Maraton a des airs de promenade de santé)

zvezdo at: 4 juillet 2012 à 10:54 a dit…

c'est suspect, une Dirndl en soldes. Quelque chose me dit que c'est passé de mode, mais je n'arrive juste pas à y croire. (le PQ! le PQ! ils sont fous ces grazois)

{ Klari } at: 4 juillet 2012 à 10:59 a dit…

Une Grazoise est venue écouter Harnoncourt en dirndl et hauts talons, ce n'est donc pas totalement passé de mode (ca fait d'ailleurs une très jolie silhouette).

{ Mo } at: 4 juillet 2012 à 22:27 a dit…

Le dirndl revient même fortement chez les jeunes...
A part ça, il faut aller en Autriche, oui. En Allemagne c'est mieux encore, et les glaces sont moins chères :)

{ Klari } at: 5 juillet 2012 à 11:24 a dit…

Ah, je n'ai qu'une hâte, y retourner !

Quant aux glaces allemandes, j'aurai le privilège d'y goûter le week-end prochain ! (j'ai été à Berlin l'automne dernier, mais j'y ai surtout goûté le jus de citron chaud au miel - j'avais la crève, et ça requinquerait un éléphant).

Et comment laisser se démoder un vêtement au nom si mignon, n'est-ce-pas ?

Philippe[s] de l'Escalier at: 5 juillet 2012 à 21:37 a dit…

Bière allemande mit wurst (und Wagner) dans trois semaines pour moi ! Hiiiii.

{ Klari } at: 5 juillet 2012 à 21:40 a dit…

Hoho !

{ Mo } at: 9 juillet 2012 à 15:13 a dit…

Les glaces de quel coin? (je suis bien curieuse, oui, j'admets!) Je mangerai les thuringiennes dans une semaine :)

{ Klari } at: 9 juillet 2012 à 19:40 a dit…

Les glaces grazoises ! Commencer par l'incroyable sélection du Eissalon Temmel , puis enchaîner avec les délicieux yaourts glacés - avec un coulis de fruit rouges et du muesli, d'une gargotte non loin de la Hauptplatz. Une des rues donnant sur la Hauptplatz est quasiment uniquement peuplée de glaciers. Quel régal.

Plus haut, il faut la mériter, le café du Starcke Haus, tout là-haut là-haut sur la montagne, propose un café glacé délicieux (café+glace vanille+chantilly+gaufre au chocolat), tout bonnement inoubliable.

Selon les goûts, on peut aussi privilégier les gargottes de la Hauptplatz, qui proposent des tas de hamburgers dont les noms m'échappent déjà !

Bon appétit !

Hugo at: 10 juillet 2012 à 15:13 a dit…

Je note, je note.

{ Klari } at: 10 juillet 2012 à 18:11 a dit…

Si tu veux économiser sur le budget bouffe, il y a aussi les sandwich grecs de la Reitschulgasse. Ou la gargotte ouverte 24/24 sur le marché bio derrière l'Opernhaus.
Tu descends à quel hôtel ?

(je suis jalouse)
(en même temps, si tu savais en quelle somptueuse compagnie j'ai bu ma bibine sur la Hauptplatz, c'est toi qui serais jaloux, héhéhé)

Hugo at: 11 juillet 2012 à 01:24 a dit…

Économiser sur le budget bouffe ? Sacrilège !

Hôtel Daniel, tout près de la gare.

(Qui ? Qui ?)

{ Klari } at: 11 juillet 2012 à 11:40 a dit…

Je te raconte à la rentrée.

Sache qu'ILS étaient très européens, très chambristes, très musiciens, et surtout très très gentils et hospitaliers.

(nananinanèreuh)

Hugo at: 11 juillet 2012 à 15:10 a dit…

Je suis jaloux.

{ Klari } at: 11 juillet 2012 à 16:06 a dit…

Normal. A vrai dire, je suis un peu jalouse de moi-même.

{ Mo } at: 11 juillet 2012 à 20:55 a dit…

arg, des identités numériques qui entrent en collision quand elles ne devraient pas! je veux bien que tu supprimes le dernier commentaire, il y a des liaisons que je préfère garder discrètes :)

{ Klari } at: 11 juillet 2012 à 23:47 a dit…

Hop, c'est fait !

Mais je recopie quand même ici ton texte :
Non, je voulais parler des glaces allemandes (du week-end dernier, donc, si j'ai tout suivi) :)
Je retiens quand même les adresses grazoises, un jour...


Ah, tu es en avance ! Les glaces stuttgartiennes (stuttgartoises ?), c'est pour ce week-end !

{ Klari } at: 11 juillet 2012 à 23:52 a dit…

Sinon, je tiens à signaler que je suis vexée comme un pou : j'écris une chroniquette suite à un concert d'Harnoncourt, tout le monde s'en fiche, quand j'écris sur les bières/glaces/ukulélés bleus, subitement, c'est la fête du commentaire.

Pffffff !

{ Joël } at: 12 juillet 2012 à 00:30 a dit…

Tu viens de persuader un lecteur innocent de se ruiner en allant crapahuter en Autriche pour quelque belle violoniste, un autre de décaler ses inamovibles vacances indiennes 2013 de six mois, et de faire saliver un peu tout le monde ; qu'est-ce que tu veux ? tu es une blogueuse influente !
Et puis commenter sur un concert incomparable parce qu'on n'a jamais eu l'heur d'entendre le même chef diriger le même orchestre dans la même œuvre, ni même été confronté à une même association chef/orchestre, chef/œuvre ou œuvre/orchestre, voire en ne connaissant pas du tout l'œuvre en question, au-delà d'un « Waouh ! », il n'est pas évident de trouver quelque chose à dire !

{ Klari } at: 12 juillet 2012 à 09:49 a dit…

Tu viens de persuader un lecteur innocent de se ruiner en allant crapahuter en Autriche pour quelque belle violoniste
Mon 'innocent' (?!?) lecteur était déjà motivé d'aller crapahuter en Autriche, je ne lui sers que de bouc émissaire pour qu'il puisse alléger sa conscience, ah !

un autre de décaler ses inamovibles vacances indiennes 2013 de six mois
pareil ! tu as déjà pris goût à la douceur de vivre de l'Europe Centrale, je ne suis qu'un prétexte fumeux :-p

Quant à la deuxième partie de ton comm', je m'incline bien bas avec humilité et te remercie avec effusion.

(mais quand même, avouez que vous préférez dire des bêtises et manger des glaces !)

{ Mo } at: 12 juillet 2012 à 10:42 a dit…

ben c'est surtout que je connais les glaces Mitteleuropa, pas Harnoncourt... (pas taper! pas taper!)

Merci pour la suppression :)

Je dirais stuttgartoises, mais nous entrons ici dans des problèmes épineux. (Evaaaaaaaaaaaan????)(jalouse)

{ Klari } at: 12 juillet 2012 à 11:20 a dit…

Je ne te cache pas que ma glace Erdbeer-Yogurt, dégustée une petite demi-heure avant le Stabat Mater était particulièrement délicieuse.

Non, pas de Evaaaaaan. J'ai réservé pour Onegin à Suttgart opour revoir le beau stuttgartois, mais pas de bol, je suis tombé sur l'autre distribution. Mais je m'attends à une régalade quand même !

Un innocent lecteur at: 12 juillet 2012 à 17:06 a dit…

Mon 'innocent' (?!?) lecteur
Oui oui. Innocent. Parfaitement. L'innocence de la jeunesse, même.

déjà motivé d'aller crapahuter en Autriche, je ne lui sers que de bouc émissaire pour qu'il puisse alléger sa conscience, ah !
Damnède, je suis démasqué !
(En vérité, je voulais aller crapahuter quelque part, l'Autriche ça c'est bien à cause de toi, avant d'avoir vent du concert Kopatchinsk*, je comptais plutôt retourner à Londres pour Porgy & Bess...)

{ Klari } at: 12 juillet 2012 à 18:06 a dit…

kopatchinskie, au pluriel, je suppose.

Ouais, Londres, c'est surfait, en Autriche, au moins, ils ont de VRAIS ETE, bordel de banquise mal fondue.

{ Joël } at: 12 juillet 2012 à 18:58 a dit…

Je peux témoigner du fait que H*** avait effectivement en projet de retourner à Londres voir Porgy & Bess...

{ Joël } at: 13 novembre 2012 à 14:44 a dit…

On paye aussi en musique : en allant à la machine à café, je viens de remarquer que le portrait de Mozart était sur les pièces de 1€ autrichiennes.

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White