mardi 17 janvier 2012

Prades aux Champs-Elysées


26 Comms'
Théâtre des Champs-Elysées, jeudi 12 janvier 2012
"Prades aux Champs-Elysées" Stefan Vladar (piano), Olivier Charlier (violon), Bruno Pasquier (alto), François Salque (violoncelle), Jurek Dybal (contrebasse), Jacques Zoon (flûte), Jean-Louis Capezzali (hautbois), Philippe Berrod, Michel Lethiec (clarinette), André Cazalet (cor), Giorgio Mandolesi (basson)
***
Quand j'avais vu la page de ce concert sur le site du Théâtre des Champs-Elysées, j'avais émis un chapelet de petits gloussements de plaisir : oooh, mon bassoniste préféré ! hiiii, le meilleur flûtiste du monde ! un de mes clarinettistes favoris ! Tout ensemble sur scène, pour un prix, de plus, nettement inférieur aux productions habituelles du TCE. Un programme engageant: Beethoven, Mozart, Brahms, que demander de plus ?

J'avais essayé de rallier à la cause quelques amis : novices, mélomanes, une pincée de musiciens professionnels, pour toujours entendre:
"Jacques Qui ? Zone? Zoune ? Zoon ? Tu es sûre que c'est le meilleur flûtiste du monde ?! Jamais entendu parler."
"Prades" ? Si on s'amuse à rechercher sur google.fr "Prades à Paris", les premiers résultats obtenus sont des horaires de train.  Les résultats sont heureusement plus probants dès qu'on google "Prades aux Champs-Elysées".

Bref. J'en avais tiré le constat désolant que les musiciens de ce concert, pourtant reconnus dans leur milieu, comme l'atteste leur présence au festival Pablo Casals de Prades, souffrent d'un déficit de notoriété assez inquiétant. Si les chanteurs d'opéras et les chefs d'orchestre font les gros titres de la presse, du moins, les gros titres de la page "Culture", le critique musical ne débouchonne pas son stylo pour un flûtiste ou un simple bassoniste. Je suppose que tous les clarinettistes de France et de Navarre peuvent lister les 12 meilleurs clarinettistes français, à froid je ne peux pas en citer un seul, moi. Je n'ai tout simplement pas accès à cette information. Embêtant pour nous autres humbles mélomanes : laissés à nous-mêmes, nous ne pouvons, pour identifier puis réecouter nos musiciens préférés, que nous appuyer sur nos oreilles inexpérimentées, passer beaucoup de temps au concert et espérer bénéficier d'un peu de chance. Mais avant de parler du concert, prenons quelques minutes pour mesurer l'ampleur de la non-notoriété des musiciens, ni tout à fait Grands Globe-Trotters Solistes Internationaux ni tout à fait Musiciens d'orchestre anonymes, avec des chiffres et des graphes - vous savez que j'aime ça !

DES CHIFFRES ! DES CHIFFRES !

Protocole expérimental :
* Recherches des noms d'un échantillon de musiciens : "prénom nom" - avec guillemets, sur google.fr et news.google.fr, (recherches effectuées le 14/01/2012)
  • Postulat n°1 : le nombre d'occurrences de la recherche "prénom nom" sur google.fr donnerait une idée de la notoriété 'grand public' du musicien, reflétée par la présence de son nom sur des forums, des pages consacrées à la musique classiques, des blogs, des chroniquettes de concert, etc. 
  • Postulat n°2 : le nombre d'occurrences de la recherche "prénom nom" du musicien sur news.google.fr donne un ordre de grandeur de la médiatisation du musicien, parait-il beaucoup dans des articles de journaux ? (la réalité est certainement plus complexe, car le nombre de résultats sur news.google.fr va également donner une idée de l'actualité du musicien en question - plus ou moins de concerts/enregistrements autour du moment où la recherche a été effectuée). Peu importe, admettons que ce chiffre ne reflète que la 'médiatisation' du musicien.
Questions :
  • Y'a t'il des tendances, selon l'instrument joué ? Par exemple, un corniste est-il en général plus connu qu'un flûtiste ? Quel instrument pratiquer si on veut devenir riche et célèbre ?
  • Quelle est la notoriété relative des musiciens participant à ce concert "Prades aux Champs-Elysées" par rapport à un échantillon de leurs confrères ?
  • Y a-t'il une corrélation entre le talent perçu (tel que je le perçois, disons) et la notoriété du musicien ?
  • ...
Allons-y (et n'oubliez pas que ce ne sont que des chiffres, et qu'on leur fait dire tout et n'importe quoi, aux chiffres)

Tableau 1 : Nombre d'occurrences sur google.fr et sur news.google.fr pour un échantillon de musiciens et prix d'un concert parisien en catégorie 1 (variété, chefs d'orchestre, violonistes,  et une musicienne amateur)

Constats :
  • Vous voulez devenir riche et célèbre ? Apprenez à chanter et teignez vous en blond. Je répète, ne vous lancez surtout pas dans l'étude d'un instrument. Vous pouvez éventuellement songer à une carrière dans le chant lyrique comme Anna Netrebko, mais soyez rigoureusement vigilants quant à votre ligne (pour préserver votre notoriété, annulez de nombreux concerts et veillez à épouser un des plus beaux barytons-basse disponibles sur le marché)

  • Vous préféreriez travailler plus et montrez un réel intérêt pour la musique classique? Soit, mais vous gagnerez moi (et serez moins célèbres). La pratique d'un instrument en bonne et due forme est peu rentable, il est préférable d'ambitionner la direction d'orchestre. Avant de commencer à agiter la baguette, vous devrez probablement montrer patte blanche et prétendre jouer d'un instrument (mais vous pourrez opter pour un instrument facile, comme Simon Rattle (Philharmonique de Berlin), ex-percussionniste ou Andris Nelsons (City of Birmingham Symphony Orchestra), ex-trompettiste. Le trombone pourra aussi faire l'affaire). Plus vous serez jeune (de préférence beau garçon avec tout vos cheveux), plus vous serez célèbre : par conséquent, vous rapportez plus de $ou$ aux salles qui vous programmeront d'autant plus volontiers : c'est ainsi que les concerts parisiens de Bernard Haitink, Grand Gourou et Vieux Sage de la direction d'orchestre - mais octogénaire chauve, sont bradés par rapport à ceux de Gustavo Dudamel (Los Angeles Phil'), trentenaire à la mine avenante.

  • Vous envisagez sérieusement l'étude d'un instrument injouable : violon, hautbois, cor ? A vos risques et périls. Vous passerez vos journées à vous exercer/gratter du roseau/ produire des couacs . Vous ne serez jamais reconnu à votre juste valeur, fussiez-vous l'expert international du tuba. Au point que même les taxis refuseront de s'arrêter pour vous.

  • Au fond, vous avez une âme de pigeon ? Devenez musicien amateur! Vous ne gagnerez rien, vous paierez pour jouer, bénéficierez d'un illustre anonymat, et ne pourrez même pas vous consoler par un niveau d'instrument honorable, vous serez trop occupés à gagner votre croûte autrement pour dégager suffisamment de temps libre pour vous exercer. Peut-être même devrez-vous soudoyer vos amis pour qu'ils viennent écouter votre concert annuel
Figure 1 : Notoriété - même échantillon de musiciens que sur le tab.1 (chanteurs pop et lyriques, chefs d'orchestre, sélections de musiciens
(attention, deux axes : à gauche, celui du nombre de résultats sur google.fr, à droite, celui du nombre de résultats après une recherche sur news.google.fr)

LE CAS PARTICULIER DES VIOLONISTES :

Avant de parler du concert de jeudi (ça vient, ça vient), attardons-un peu sur le cas des violonistes. Le tableau 1 laisse supposer qu'en termes de notoriété, Leonidas Kavakos (mon chouchou) et Roland Daugareil (violon solo de l'Orchestre de Paris) ne concourrent pas tout à fait dans la même catégorie (même si, en comparaison avec Justin Bieber, ce ne sont que de misérables poussières dans la narine d'un mulet). Voyons-voir ce qui se passe chez les violonistes, sur la base d'un échantillon modérément large composé de violons solistes +++ (i.e. mes préférés), de solistes (eux aussi caracolent de ville en ville jouer des concertos injouables, mais ceux-ci ne font pas partie de mes préférés), des premiers violons de quatuor à cordes, des premiers violons solo d'orchestre, deux violonistes amateurs (Co-pupitre et moi), et quelques inclassables, que j'appelerai les "Hou-la-la" pour les besoins de l'analyse.

Et ça donne :

Figure 2 : Notoriété d'un échantillon réduite de violonistes (recherches google.fr et news.google.fr)

Les violonistes sont manifestement soumis à une hiérarchie sans appel. Recherchons les chiffres révélateurs de notoriété pour un échantillon d'une trentaine de violonistes de musicotype différent :
  • Cinq Houlala: David Garrett, André Rieu, Vanessa Mae, Nigel Kennedy et Lara St-John (oui, celle du célèbre massacre Tchaïkovskien)
  • Deux Jazzeux : Jean-Luc Ponty et Stephane Grappelli,
  • Trois solistes +++ : le dessus du panier, soit Janine Jansen, Hilary Hahn et, last but not least, Leonidas Kavakos. (le +++ signifie simplement qu'il s'agit de mes préférés)
  • des solistes : Joshua Bell, Viktoria Mullova, Lisa Batiashvili, Akiko Suwanai, Renaud Capuçon et Olivier Charlier.
  • Les premiers violons de quatuor à cordes : soit Guillaume Sutre (quatuor Ysaye), Ruben Aharonian (Quatuor Borodine), Pavel Hula (Prazak) et Lukas Hagen (Hagen)
  • Trois premiers violons d'orchestre : Roland Daugareil de l'Orchestre de Paris, Svetlin Roussev du Philharmonique de Radio-France et Roman Simovic du London Symphony Orchestra.
Je vous épargne les tableaux de chiffres, les graphiques compliqués. Allons droit au but : chers lectrices et lecteurs, je vous présente la Chaîne Alimentaire du Monde Violonistique :

Figure 3 : la Chaîne Alimentaire du violon, dominée par David Garrett et Andre Rieu

Décortiquons ensemble ce graphique :
  • Dans le monde relativement anonyme des violonistes, les Houlala sont rois. Leur notoriété est toute relative, certes (pour rappel, ils sont 100 fois moins googlement connus que Justin Bieber ou Lady Gaga), mais gagnent très bien leur vie et monopolisent l'actualité. Le prix à payer pour accéder à cette élite très select est le ridicule : comme David Garrett, vous devrez réduire en miettes un Stradivarius, jouer de l'air-violin dans votre bain comme Lara St-John (mécréante), ou vous spécialiser dans les valses de Johann Strauss, comme André Rieu, qui fut un élève d'André Gertler, grand pédagogue et ami de Bartok. Bref, le ridicule, mais à vous la gloire, la fortune et la célébrité !
  • Le Très-très-très grand soliste : vous travaillerez comme un chacal (même si vous prétendez le contraire en interview) et jouirez d'une notoriété bien méritée. Vous vivrez dans l'avion et n'aurez pas d'amis, à part ça, tout ira bien.
  • Le Premier violon de Quatuor : le sacerdoce. Marié avec ses petits collègues de quatuor, le premier violon de quatuor doit ingurgiter un répertoire monstrueux en peu de temps : alors qu'un soliste peut tourner avec trois concertos et deux bis sur quelques mois (précisons au passage que les Solistes +++ comme Leonidas Kavakos et Hilary Hahn tournent sur beaucoup plus de répertoire sur une saison, eux), le premier violon de quatuor doit ingurgiter des dizaines et des dizaines d'oeuvres différentes. Lui aussi vit seul (il n'a pas le temps d'entretenir ni liens familiaux ni amicaux), foin de bouquets de fleurs tendus par de rougissantes jeunes filles à la sortie des artistes. Pour les bouquets de fleurs, il fallait devenir Soliste ++.
  • Premier violon solo d'orchestre : même chose, mêmes compétences requises, avec le privilège d'être à la tête d'un orchestre d'une centaine de personnes dont le passe-temps favori est certainement de râler contre la hiérarchie. Le premier violon solo d'orchestre assume les sales rôles : immenses solos (dans Schéhérazade, par exemple), mini-quatuors à cordes au milieu d'oeuvres symphoniques, à quoi s'ajoutent le job habituel de premier violon solo, de luthier, de garde-chiourme, etc. Les plus malchanceux d'entre eux se font récupérer par de vils amateurs pour encadrer et/ou renforcer des orchestres amateurs (parlez-en à Gentil-Prof)
  • l'Amateur est anonyme, et content de l'être. L'Amateur bosse beaucoup, lui aussi, mais en six mois, il ne dégurgitera pas une quinzaine de quatuors et deux concertos, simplement les deux tiers de la partie de second violon d'une symphonie de Beethoven (une courte, hein), mais c'est déjà très bien.

Figure 4 : Joli graphique en bubulles que je n'arrive plus à m'expliquer. La taille des bubulles est proportionnelle au ln(nbe de résultats sur google.fr) au cube, l'ordonnée est le nombre de résultat sur news.google.fr, la couleur de la bubulle indique dans quelle catégorie (jazzeux, amateurs, solistes+++) se classe le musicien. Ce graphique montrera essentiellement qu'un graphique surchargé ne sert strictement à rien.

Prenez le temps d'admirer l'extrême insignifiance des amateurs :

ET LES VENTS ?

Le graphique suivant a été établi la base d'un échantillon de trois ou quatre musiciens par instrument. Pour chaque instrument, le musicien du concert, deux ou trois confrères d'orchestres prestigieux (Concertgebouw, London Symphony, Berliner Philharmoniker, Chicago Symphony..). Vous trouverez le détail des musiciens googlés et des chiffres en annexes.

Figure 5 : Notoriété  d'un échantillon d'instrumentistes à vent de haut niveau (médiane des chiffres obtenus sur des échantillons de 3 ou 4 instrumentistes par discipline)
 
On en déduit que :
  • Pour atteindre fortune, gloire et célébrité, il faut jouer du hautbois ! Drôle de sacerdoce que le vie de hautboïste (grat'-grat', coin-coin, grat'grat', coin-coin), mais vous serez récompensé à la hauteur ! Prenez l'exemple d'Albrecht Mayer, hautbois solo du Philharmonique de Berlin, qui caracole avec ses 377 000 résultats sur google.fr loin devant Leonidas Kavakos. Peut-être usurpe-t'il les stratégies des Houlala (cf. supra) avec sa vidéo marketing marinière-baguette de pain-béret.
  • Les instruments à vents traditionnellement assis en orchestre au deuxième rang de la section des vents - cors, clarinettes et bassons sont uniformément inconnus. Fascinant de voir que Marco Postinghel, charmant bassoniste à l'Orchestre de la Radio Bavaroise (et au Chamber Orchestra of Europe (hiiii) obtient péniblement 11 000 résultats, très très loin derrière Viktoria Mullova (342 000) dont il a pourtant guidé les premiers pas en musique baroque.
Et le meilleur flûtiste du monde ?

Figure 6 : Notoriété de quelques flûtistes 

Et bien tout le monde s'en fout, du Meilleur Flûtiste du Monde. Sans surprise, le fait d'être flûte solo du Philharmonique de Berlin semble renforcer la notoriété d'un flûtiste, comme l'atteste la longueur d'avance d'Emmanuel Pahud et Andreas Blau. Comment expliquer que les media font leur choux gras du moindre concert d'E. Pahud (33 résultats) mais ignorent superbement son collègue Andreas Blau (plus âgé et barbu. peut-être l'explication est là ?).

Jacques Zoon est donc - sur Internet du moins, un inconnu. Peu importe, Claudio Abbado, la commission de recrutement du Concertgebouw et du Boston Symphony,  le Chamber Orchestra of Europe (hiiii) et moi savons à quoi nous en tenir.
(ca prouve qu'Internet n'est pas une ressource suffisante quant à la musique classique).

Avant de parler du concert (mais si, mais si, ça vient), j'aurais voulu m'attarder sur le cas des altos. En gros, l'alto a l'impact médiatique d'une clarinette - loin derrière son cousin le violon. Pour vous donner un ordre de grandeur, Kim Kashkashian, immenssissime altiste, ne génère guère que 190 k résultats sur google.fr et 3 actualités sur news.google.fr, dont une qui mentionne une certaine "Kim Kashkashian, violinist". Ouch. Si des altistes doivent se faire passer pour des violonistes pour un peu de gloire, que devient-on ?.. J'oubliais : surtout, ne vous amusez pas à viser le poste de cor anglais (Dominik Wollenweber) ou d'alto solo au Philharmonique de Berlin (Maté Szűcs). Avec à peine 3000 résultats, vous serez à peine plus connu qu'un violoniste amateur de seconde zone...


Et le concert ?
(j'avais préparé un paragraphe qui prouvait, schémas à l'appui, la présence de confrères, amis, famille et élèves dans la public par déduction d'après le taux de remplissage par catégories, je vous l'épargne, vous avez mangé suffisamment de chiffres et de graphiques comme ça)

Beethoven  Trio avec piano n° 5 op. 70 n° 1
J'avoue avoir succombé à un tout petit coup de barre suite à une journée un peu fofollinette. Le mouvement lent est d'une beauté, mais d'une beauté !  qu'il en est spontanément applaudi, qu'importe le protocole.

Mozart  Quintette pour piano et vents K. 452
Je ne sais pas par quel bout l'attraper, celui-ci. J'ai du un peu trop m'habituer aux oeuvres symphoniques (les cordes fournissent le gros œuvre, les vents les jolis solos, les cuivres ponctuent les passages grandiloquents) si bien que je ne sais pas du tout comment écouter le quintette. Manifestement, le hautbois a un rôle comparable à celui d'un premier violon. Pour le reste, il suffit de suivre le basson : il se penche vers le piano ? Ecoutons le piano. Vers le hautbois ? Un sourire réjoui à l'attention du cor ? Le barycentre du quintette se déplace vers le cor.  Très très beau son de hautbois, moins esbaudissant que celui de mon François Leleux adoré peut-être, mais très émouvant, et qui réussit plusieurs fois, sur des notes tenues, à donner cette impression de temps suspendu.
A l'entracte, pendant que le personnel de scène installe une sorte de tee pour contrebasse, Monsieur H. et moi se débriefons:
"-Tu savais qu'un cor pouvait jouer aussi fin, aussi doux ?
- Non.
- Moi non plus"

Penderecki  Hore, duo pour violon et contrebasse  (création française)
Petite pièce fringante, toute punchy qui met en valeur les beaux aigus de la contrebasse. Mes pieds se mettent à frétiller doucement sur le rythme irrésistible de la pièce quand, blam!, le contrebassiste envoie un coup de genou bien assené dans la contrebasse.

Ce qui explique peut-être pourquoi il revient avec une autre contrebasse pour l'oeuvre suivante :
Brahms  Sérénade pour cordes et vents n° 1 op. 113
J'en attendais beaucoup, et damned, que je suis déçue. Peut-être sommes-nous trop ou pas assez loin, trop de côté. Peut-être qu'avec huit musiciens, on dépasse le seuil au delà duquel la présence d'un chef d'orchestre devrait être obligatoire ? Des cordes un brin trop motivées ? Un peu de toutes ces choses ? A la place de ma sérénade pour (cordes un peu) et vents (beaucoup), il me semble écouter un concerto pour violon et discret accompagnement de cordes et de vents.
Lors de quelques accalmies, on discerne toutefois de magnifiques choses chez les vents. Le Meilleur Flûtiste du Monde, fidèle à lui-même, tire un son insolemment beau de son instrument en bois. Les phrasés sont somptueux, on dirait qu'il fait délibérément durer l'approche de la note suivante dans la phrase (comme s'il s' s'attardait sur un palier un pouillième de ton trop haut ou trop bas ?) jusqu'à ce qu'on ressente viscéralement le besoin de *la* note ainsi suggérée.
Il s'amuse comme un petit fou avec son voisin de droite, Philippe Berrod (clarinette), avec qui il joue à fusionner les sons de flûte et de clarinette jusqu'à ce qu'ils soient indissociables. Très contents d'eux, ils continueront d'échanger de grands sourires satisfaits pendant les saluts.

Annexes :
Chiffres détaillés - violons
 
Chiffres détaillés, vents :

Aussi : Concertonet,

26 Comms':

{ bladsurb } at: 17 janvier 2012 à 10:31 a dit…

Deux petites remarques (et si si j'ai tout lu jusqu'au bout, mais n'ai rien à dire sur Mozart et Brahms) :

Un tableau mettant en vedette Bieber et Gaga ne prouve-t-il pas que le "Apprenez à chanter" est en fait inutile ?

"Soit, mais vous gagnerez moi". Eh, cool ! Mais est-ce que ça marchera pour un autre que Djack ?

{ Klari } at: 17 janvier 2012 à 10:46 a dit…

Cher Bladsurb ! Tu as tout lu !!

J'aurais du prévoir un petit prix pour le premier à venir à bout de cette chroniquette et à le faire savoir.

Quant à tes remarques :
- "apprenez à chanter est inutile". Je ne suis pas foncièrement en désaccord avec toi, j'ai toutefois voulu limiter le mauvais esprit à un minimum acceptable,
- "vous gagnerez moi". Hou le lapsus ! Je ne vais pas le corriger, c'est bien plus rigolo comme ça ;-)

Anonyme at: 17 janvier 2012 à 19:40 a dit…

Bon allez, on pourra reprocher de ne pas intégrer dans votre classement des gens qui font de la vraie musique en dehors du classique...Par ordre de notoriété, Radiohead, Tindersticks, Little Scream, Discipline...Mais sinon c'est éclairant...Comme un peu partout, la m*¨^' domine le monde ;-)

{ Klari } at: 17 janvier 2012 à 20:06 a dit…

Bien sûr, ma petite analysette est bourrée d'approximations et de raccourcis (le classement hypra-subjectif des solistes entre Solistes +++ et Solistes, le choix des deux chanteurs hors classique les plus caricaturaux que j'ai pu trouver, etc, etc..). Mais entre deux âneries, je crois qu'il y a quelques petites choses assez justes !

Pour le coup, je parle peu (ou pas du tout, d'ailleurs) de "vraie musique en dehors du classique". Son absence ne devrait donc pas dérouter mes lecteurs habitués.

Ah oui, tant que la m%#& continuera de rapporter tout plein de $ous à ceux qui la commercialisent, on n'est pas rendus..

viviana at: 17 janvier 2012 à 22:17 a dit…

Article à la fois très divertissant et très instructif ! D'utilité publique, même, dirais-je...
En tant que bassoniste, tu imagines bien que la (non) notoriété des vents, (et des bassonistes, en particulier) est un sujet qui me passionne.
... Et en tant que fan absolue de l'alto, mon instrument favori au monde (et oui. Il en faut !), je tiens à déplorer l'absence dans ton classement/ta recherche de Tabea Zimmermann, "the" star internationale de l'alto.
Donc, ma petite contribution à ton étude documentée : elle "fait" 6 550 000 résultats dans google (dont plein de photos où elle ressemble à un mannequin... Je ne dis pas qu'elle est laide, en vrai, mais elle est juste "normale", quoi...), et (seulement !!!) 13 dans google actualité. Cependant, c'est la meilleure instrumentiste du plus bel instrument du monde... C'est bien plus important que de gagner des millions, non ? (non ???).

Et pour revenir au basson, je hurle à l'injustice. Pourquoi sommes-nous moins bien traités que les hautboïstes ? Nous aussi, on peut faire semblant de gratter nos anches dès qu'on joue faux/trop clair/ trop sombre/ trop détaché/ pas comme il faut !! Si on ne le fait pas, c'est par honnêteté. Voyez ce que ça nous rapporte...

viviana at: 17 janvier 2012 à 22:20 a dit…

-pardone, rectificatif : sur google.FR Tabea Zimmermann "tombe" à 499 000 réponses (au départ j'avais cherché sur google "tout court".)

{ Joël } at: 18 janvier 2012 à 02:45 a dit…

Au cours de la lecture, je me disais que pour ne pas aplatir les résultats des derniers des classements, il faudrait utiliser une échelle logarithmique, et voilà que tu sors des bubulles en log au cube...

{ Jean-Marc Onkelinx } at: 18 janvier 2012 à 07:46 a dit…

Bonjour,
Je voulais juste vous dire bravo pour votre blog. Je l'ajoute aux liens utiles du mien.
Bonne continuation.

{ Klari } at: 18 janvier 2012 à 08:29 a dit…

@ Viviana-la-Bassonniste : bienvenue et merci (d'utilité publique ?)

On ne peut qu'admirer la persévérance des bassonnistes, humbles travailleurs de l'ombre !

Tabea ! Comment ai-je pu oublier Tabea Zimmermann ! Honte sur moi. J'ai sursauté quand j'ai lu que tu lui avais trouvé 6,5M de résultats sur Google. L'ordre de grandeur n'est pas bon, elle serait plus célèbre que.. André Rieu !
Par contre, je ne lui trouve "que" 190 000 résultats sur google.fr et 3 sur news.google.fr . La différence entre nos résultats est certainement due aux guillements : toutes les recherches ont du être faites avec des guillements, car, sans guillements, certains musiciens n'apparaissaient même pas dans google !
Pour les histoires de musiciennes-mannequin, je te renvoie à un article rigolo de Djac . Mais permets-moi de dire que je trouve Tabea T. très belle femme !

@Joël : je savais qu'elles te plairaient, ces bubulles (pas aplatir, houla, surtout pas aplatir, n'oublie pas qu'un graphique est d'abord et avant tout un outil de propagande)

@Jean-Marc Onkelinx : très honorée, merci :-) Le vôtre, que j'apprécie énormément, a déjà sa place dans la page "liens".

{ klari } at: 18 janvier 2012 à 11:13 a dit…

Guillemets, oups, pas guillements (doigts habitués à taper "-ment" en mode automatique)

viviana at: 18 janvier 2012 à 13:10 a dit…

ha, oui, les guillemets...

{ DavidLeMarrec } at: 18 janvier 2012 à 16:04 a dit…

Trois discrépances en passant :

=> Au vu de ta distinction entre chanteur et vrai musicien, bien qu'elle ne soit pas dénuée de fondement si on prend pour critère le respect du solfège, je te conseille de louer pour quelque temps les services d'un garde du corps quand tu te promèneras aux alentours de Bastille, certains ont la glottophilie violente.

=> L'amateur a tout de même un avantage écrasant sur les professionnels, celui de ne pas avoir à supporter les vrais musiciens. Faire de la musique sans avoir ce prix à payer peut être considérer comme une forme de Grâce divine.

=> Il faut opérer une distinction radicale entre les instruments difficiles injustement méprisés (le basson en est, effectivement), et puis les trucs faciles (les plonk-plonk-dzoum-dzoum à baguettes et autres tubas) qui sont nuisibles au son d'orchestre et que bien loin de glorifier, il faudrait interdire avec la dernière vigueur.

(/trolls)

{ DavidLeMarrec } at: 18 janvier 2012 à 16:06 a dit…

Flûte, la première ligne de mon message n'est pas bien passée dans la boîte à lettres.

Elle n'était pourtant pas bien longue :

--

Jubilatoire !

Trois discrépances en passant :

=> Au vu de ta distinction, etc.

{ Mo } at: 18 janvier 2012 à 23:42 a dit…

Je vous lis depuis si longtemps en silence (et sans aller à un seul concert! - j'ai lu Kim Kardashian et non Kashkashian, ça en dit long sur ma culture, enfin, j'ai quand même trouvé ça *un peu* bizarre), mais cette chroniquette est fabuleuse, il faut que ce soit dit (surtout par une inconnue, n'est-ce pas). De toute façon j'adore vos graphiques...

{ Klari } at: 19 janvier 2012 à 01:08 a dit…

"jubilatoire" ? : Merci ! (il fallait bien que quelqu'un se spécialise en contrôle de gestion appliqué à la musique)

Je te prêterai mon garde du corps quand tu iras te balader aux alentours de la sortie des artistes de la salle Pleyel. Si jamais tu devais croiser une horde de tzink-tzink-vrriiiiiii-plounk-eurs courroucés. Ou un tuba. Tu sais qu'ils sont très fort en guerre psychologique, hein ?

(aaaah, le Mythe du Gentil Amateur. Tu sais, l'hypothétique musicien amateur qui rêvait d'être pro mais dont le monde n'a pas suffisamment reconnu le talent pour qu'il devienne pro, ce serait un personnage difficilement supportable. Mais il n'existe pas, bien sûr)

{ klari } at: 19 janvier 2012 à 07:32 a dit…

@Mo : bonjour et bienvenue, dans ce cas.
Pas de panique, la première fois qu'on m'a parlé de Kim Kashkashian (il n'y a pas très longtemps), je me suis dit 'tiens, c'est bizarre, je crois avoir lu son nom dans un Elle. ou un Marie-Claire.
Bref.

C'est un très beau compliment que vous me faites ! Si jamais éventuellement mes chroniquettes pouvaient contribuer à vous donner envie daller au concert (ceci dit, il n'y a pas obligation, hein), ça me rembourserait au centuple, que dis-je au milliotuple, du temps passé à se bagarrer avec des axes ds abscisses taquins.
Ne vous attendez toutefois à trouver des graphiques dans les notes de programme :-(

{ DavidLeMarrec } at: 19 janvier 2012 à 23:20 a dit…

J'ai déjà eu mon nom usurpé (et même un ami appelé de façon anonyme) par des musiciens de l'Orchestre de Paris, alors je ne crains plus rien (mais c'était plutôt du côté des crincrins et des pouêt-pouêt que se situait le problème).

Le plus drôle est que j'ai toujours dit du bien de cet orchestre, même à cette période où je devais être à peu près le seul à avancer qu'Eschenbach avait ses bons côtés. :)

{ Klari } at: 19 janvier 2012 à 23:55 a dit…

Je te présente des excuses au nom de la plateforme blogger, qui à chaque fois que tu rédiges un commentaire, le considère un spam, pour des raisons qui me dépassent.

Des appels anonymes ?! Mais c'est terrifiant ! Je vais arrêter de suite d'écrire des chroniquettes ?!?

(j'ai toujours été traitée correctement, en ce qui me concerne (enfin, peut-être le répondeur d'une autre Klari Zhurtxymachin déborde de messages d'injures ? mais je ne pense pas) Par contre, j'ai eu droit à un commentaire mi-figue mi-raisin d'un musicien froissé que je me sois amusée de son habitude de taper du pied en concert. Mais je ne l'avais pas volé, ceci dit. Ce que je crains plus, c'est d'être prise à partie par les caméramen qui pourrissent les concerts à coup de grues géantes, d'instructions hurlées dans les écouteurs, tentatives d'assassinat de tubistes, etc, etc)

(je ne me prononce pas sur Eschenbach. Je n'ai vu que deux concerts et demi avec lui, alors que mes timides oreilles commençaient tout juste à aller au concert).

{ Mo } at: 20 janvier 2012 à 11:51 a dit…

L'envie, oui bien sûr! Me manquent juste les finances, c'est qu'on ne peut pas tout faire...

{ Klari } at: 20 janvier 2012 à 12:13 a dit…

Bien sûr. Si tu peux te l'offrir, garde un œil sur les concerts à 10€ comme ceux de l'Orchestre Colonne, et/ou les concerts pour enfants, souvent de qualité tout à fait comparable voire supérieure à ceux pour adultes.

{ DavidLeMarrec } at: 23 janvier 2012 à 23:46 a dit…

"Je te présente des excuses au nom de la plateforme blogger"

J'aime la formule : tu présentes des excuses, mais tu n'assumes pas, c'est très vilain !!

Je te rassure, c'est pareil avec d'autres carnets du même fournisseur de service...

"qui à chaque fois que tu rédiges un commentaire, le considère un spam, pour des raisons qui me dépassent."

Je me console en me convainquant que le caractère particulièrement exceptionnel de mes commentaires les rend suspects d'être surhumains aux sens de la machine.

(Ou alors c'est que j'écris comme un spammeur. :( )


"Des appels anonymes ?! Mais c'est terrifiant ! Je vais arrêter de suite d'écrire des chroniquettes ?!?"

Aucun risque, il y avait un contexte : production éreintée partout (le Ring au Châtelet), et un certain nombre de musiciens agacés se sont attaqués à une proie facile (quelqu'un qui en disait beaucoup plus de bien que les autres commentateurs, mais était moins violent dans ses manières).
J'ai été entraîné dans cette histoire sans avoir assisté aux représentations ni commenté les soirées, mais c'était vraiment une affaire de période, avec des musiciens manifestement à cran qui avaient besoin de se venger sur des gens qui ne pourraient pas leur nuire en retour comme auraient pu le faire les journaux ou les webzines influents.

C'est du passé à présent (et n'était pas bien grave dans l'absolu), mais je suis resté frappé du fait que sans motif valable, des musiciens puissent ainsi agresser leurs spectateurs...


"je ne me prononce pas sur Eschenbach"
Disons que c'est un genre épais assez démodé, mais il a fait de belles choses. Même le fameux Ring, j'avais trouvé ça intéressant (discutable techniquement et super lent, mais assez séduisant finalement).

Au disque, je crois que ce qu'on trouve de mieux est sa Quatrième de Tchaïkovsky (avec Philadelphie, il me semble), vraiment loin de ce qu'on dit (non sans raison) de sa pesanteur habituelle.

{ Klari } at: 25 janvier 2012 à 10:42 a dit…

Fil de discussion n°1 :
Mes excuses ne te conviennent pas ? Pas de problème, je les retire illico (prout!). L'avantage de laisser mariner tes commentaires dans le dossier 'spam' est que cela me donne le temps de réfléchir. Tes commentaires poussent à la réflexion, je ne peux pas me contenter d'un "kikoulol, il est trop bô, Leonidas", il faut que je réfléchisse, or, je réfléchis lentement.

Fil de discussion n°2 : l'agression des spectateurs.
(note : tu es un webzine influent)
Ca fait quelques temps que je m'interroge sur les à-côtés moins glamour du métier du musicien d'orchestre. Rester potentiellement 30-40 ans dans la même boîte ? Un chef d'orchestre qui ne change que tous les 10 ans environ ? Les mêmes collègues jour après jour ? Il y a de quoi rendre cinglé. Subitement, j'aime mon taf de bureau.

(même si les qq musiciens d'orchestre que je connais sont loin d'être cinglés).

Fil de discussion n°3:
Oh, Philadelphie ! (sachant que cet orchestre, avec Dutoit à la baguette, certes, m'a fait adorer la Symphonie Fantastique, je les juge désormais capables de me faire apprécier n'importe quoi).

{ Joël } at: 27 janvier 2012 à 00:06 a dit…

> Ca fait quelques temps que je m'interroge sur les à-côtés moins glamour du métier du musicien d'orchestre. Rester potentiellement 30-40 ans dans la même boîte ?
Moi, c'est en lisant Quatuor de Vikram Seth que j'ai commencé à m'interroger.

{ Klari } at: 27 janvier 2012 à 00:12 a dit…

Je crois que me le conseiller a été le sujet d'un de tes tous premiers commentaires sur le blog. Peut-être même que tu me vouvoyais encore.

Et j'ai eu très envie de lire ce livre, que je lirai donc très vite très bientôt (ahem)

Hugo at: 27 janvier 2012 à 23:30 a dit…

J'ai un onglet Google "vikram seth" ouvert depuis un mois ou deux dans mon firefox, pour me rappeler qu'il faut que j'achète ce bouquin... Mais d'abord j'ai un bouquin lapingouiné à finir...

{ Klari } at: 28 janvier 2012 à 19:41 a dit…

Oups. Si je l'achète en premier. Mieux, si je le lis en premier, je te le prète.

(ou bien, on peut faire une course. Le premier qui l'achète gagne, euh, un truc)

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White