vendredi 7 octobre 2011

Orchestre de Paris - chronitests


0 Comms'
Salle Pleyel - Mercredi 21 septembre 2011 20h
Orchestre de Paris, Yutaka Sado (direction), Roland Daugareil (violon), Marc Coppey (violoncelle)

Stravinski, Scherzo Fantastique
Lalo, Concerto pour violoncelle
Rimsky-Korsakoff, Schéhérazade
***
Je constate qu'il m'est de plus en plus difficile d'écrire des chroniquettes de concert. Je les rumine, les mâchonne dans un coin de tête jusqu'à ce que je les juge à peu près publiables. Mais après avoir trituré celle-ci pendant deux semaines, pétri deux brouillons-papier, des morceaux de phrase sauvegardés dans des brouillons de mails, des fichiers .txt sur ordis, clés usb, il faut se résigner à l'évidence : cette chroniquette d'un concert que j'avais adoré ne veut pas sortir.

Pourtant, j'avais essayé des formules différentes :

• la chroniquette-annuaire : 
SCHEHERAZADE (RIMSKI-KORSAKOV)
Basson, solo....................................................éblouissant !
Hautbois, solo.................................................sublime !
Clarinette, solo................................................génial !
Cordes, tous....................................................mer devenant forte à agitée, fraichissant plus tard, magnifique !
Trombones, pupitre........................................impériaux !
CONCERTO POUR VIOLONCELLE (LALO)
Soliste..............................................................numéro non communiqué
Cette formule avait le mérite de se rédiger aisément, malgré une certaine aridité et un confort de lecture diminué. Suivant.

• la chroniquette comparaison 
car j'étais là, lors de la précédente Schéhérazade jouée par l'Orchestre de Paris, en 2008 ! Mais je n'ai plus d'éléments de comparaison, plus beaucoup de souvenirs non plus. Pas de souvenirs pertinents, du moins : je me rappelle par contre très bien être venue ave un calepin jaune et orange et m'être trouvée nez-à-nez avec un copain d'école à l'arrière-scène. Étrangement, c'est le solo de clarinette qui déclenche la remontée de souvenirs : mais oui, c'était déjà le même clarinettiste ! Le même solo familier, ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre, un peu plus 'klezmer'-isant en 2008. Et le violon solo tapait très vigoureusement du pied.
Ca ne nous amene pas bien loin... Suivant.

• la chroniquette gastronomique
ma préférée : d'abord le menu puis la recette du Scherzo Fantastique :
Menus soir en trois plats (de 22€ à 60€, menu enfant 5€)
Résa exigée (téléphone, internet, carte de fidélité sur demande)
Ambiance : Franco-russe
Spécialités (selon l'arrivage) : Bassons, violons, hautbois, cordes graves, trombones & clarinette,
Air conditionné, Animaux et tousseurs non admis, animations musicales.

Scherzo Fantastique (pour 1900 personnes) émiettez quelques moustiquades de violons sibelieux sur une brunoise mendelssohno-rimskienne, asaissonnez d'un soupçon de trompettes. Insérez la farce debussysante (trio flûte-alto-harpe) que vous aurez préalablement composée, servez frémissant après avoir déglacé la préparation du jus légèrement astringent de trois harpes mini-siegfried.
Ce qui permettait d'enchaîner subtilement sur quelques phrases bien senties à propos du soliste dans le concerto de Lalo, que j'avais trouvé bien insipide. Mais je me retrouvais coincée pour Schéhérazade : "explosion de milles saveurs chatoyantes" ? Cliché ! "bouquet d'épices fastueux relevé par les mille et uns (hhhgnn (Cliché!) solos des musiciens de l'OP" ? CLICHE !

Un niveau de cliché que je ne saurais assumer, je ne veux pas faire concurrence à Elle à Table. La métaphore culinaire eut pourtant été pratique pour rapporter que l'Orchestre de Paris refuse d'accorder à son public un petit dessert, ne serait-ce qu'un tout petit café gourmand en guise de bis. Bande de rapiats. Suivant.

• la chroniquette "lutins et fées"
Delete. Suivant.

• la chroniquette sportive
oooooh Roland Daugareil le premier violon solo trébuche dans la grande dégringolade de triolets du premier solo dans Schéhérazade, mais il se relève aussitôt il est en très grande forme ce n'est pas quelques malheureuses fausses notes qui vont l'arrêter mais eh oui en effey la concurrence est rude très rude ce soir à Pleyel on voit une échappée depuis le fond de l'orchestre le basson le basson oui oui le basson !!! oh ce solo historique ce solo braaaaavooooo (ces moments font regretter qu'on ne puisse pas immédiatement réécouter certains passages d'un concert auquel on assiste, e de ne pas avoir le droit d'applaudir au beau milieu du morceau) on vient de voir un morceau d'histoire un moment héroïque de bassonisme mais déjà on reprend la partie il passe la balle au voisin de devant le hautboïste en très grande forme la saison 2011/12 s'annonce très belle pour ces joueurs
Amusant deux minutes, ensuite.... Next !

• la chroniquette "qu'est-ce que le public était content"
Au premier balcon, c'est l'euphorie : nous nous dandinons en rythme, ma voisine tape (en silence) sur ses accoudoirs, le monsieur devant dodeline de la tête en rythme. Pendant les saluts, on s'échange des sourires ravis mais un peu timides, en applaudissant le plus fort possible pour réclamer ce foutu bis  :
" Ca fait plaisir de les voir jouer comme ça! "
"Comme ils sont passionnés !"
"Allez écouter Kavakos, hein, 12 et 13 octobre, il est fa-bu-leux"
" Vous pensez qu'on aura un bis ?"
"Piyayip, piyayip tagadidadaaaa !"
"Kavakos, pas Gavakos. Avec un K. Un grec. Gé-nial. Il joue le concerto pour violon de Tchaïkovski ! Tchaïkovskiiiii !"

 (il reste des places, d'ailleurs)

AUSSI : La SourisPalpatine, Laurent, Concertonet et la version chroniquette sportive, par les intéressés.

0 Comms':

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White