lundi 19 septembre 2011

Missa Solemnis - le London Symphony de retour à Pleyel


3 Comms'
Salle Pleyel - Samedi 17 septembre 2011, 20h
London Symphony Orchestra & Chorus, Helena Juntunen (sop), Sarah Connolly (mezzo), Paul Groves (ténor) Matthew Rose (basse), G. Nikolitch (violon solo), Sir Colin Davis (direction)
***
Beethoven, Missa Solemnis
***
Je clame souvent haut et fort être la fan n°1 du London Symphony à Paris. Titre que j'usurpe, puisqu'il devrait sans aucun doute revenir à cette jeune femme que j'ai vue une fois ou deux, aux concerts parisiens du LSO chaussée d'adorables petits escarpins 'Union Jack'.  Je m'en procurerais volontiers une paire, ce serait tellement plus approprié que mes tatanes éculées du week-end...

Chaussée correctement ou non, je suis sincèrement ravie de retrouver cet orchestre, même accompagné de Sir Colin Davis qui est, parmi leurs excellents chefs habituels (Gergiev, Haitink, Gardiner..) celui qui me convainc le moins. J'ai beaucoup de mal à rentrer dans le concert, et suis un peu inquiète - et bien surprise, de voir quelques départs abscons de Sir Colin Davis plonger l'orchestre dans un doute existentiel qui se manifeste par quelques bégaiements nerveux. Rien de bien grave en soi, mais un détail qui vient corroborer une impression globale de sempiternel ronron apathique (mais sonore) que me donne l'oeuvre jouée. Qui incriminer ? Beethoven ? Sacrilège. Le LSO ? Impossible. Colin Davis ? Blasphème.

Mais cela n'empêche pas de savourer les délicieux passages dont l'oeuvre est truffée : le Credo, en particulier les superbes interventions du flûtiste (qui n'est pas qu'une plume), le mini-concerto pour violon du Sanctus, et ces voix graves, basson et mezzo (je crois), enfin apaisées, qui s'unissent pour demander miséricorde dans l'Agnus Dei. Ces solistes et le London Symphony Chorus, sublime de bout en bout. Et d'autres petits plaisirs gourmands : l'orchestre a à nouveau emprunté le contrebassiste solo du Scottish Chamber Orchestra, un jeune russe que je pourrais regarder jouer des heures durant - je ne m'en prive pas.

A la sortie du concert, cinq autocars attendent les musiciens et les choristes du LSO : au beau milieu du bouchon de choristes et musiciens qui piétine rue St-Honoré, Joël et moi savourons l'impression de faire partie du chœur, ne serait-ce que quelques instants. Et si on grimpait dans un des bus ?

Aussi : Paris-Broadway, Joël, Rick & Pick..

3 Comms':

{ ricketpick } at: 21 septembre 2011 à 15:06 a dit…

Bonjour,

OUi, la direction de Sir Colin Davis était un peu plus "ronron" que d'autres... J'aimerai voir ce qu'en ferait Dudamel !
Et le LSChorus a été époustouflant, vraiment le point à souligner je trouve...
Merci pour le lien ! C'est une idée : je fais de même!

R&P

{ klari } at: 21 septembre 2011 à 15:56 a dit…

Dudamel ? Tu dois avoir tes billets pour son concert parisien avec le Philharmonique de Berlin, alors ?

Ah, tiens, ce n'est pas Dudamel que j'attendrais sur du Beethoven, je craindrais a priori (mais les a priori ne sont là que pour être infirmés) qu'il ne sorte un son trop pâteux, trop dense pour ce répertoire. Je ne l'ai entendu que sur la 7è, j'ai été un brin déçue - mais il me faut avouer un amour obsessionnel qui confine à la monomanie pour le Beethoven joué par le Chamber Orchestra of Europe, qui ne laisse plus aucune chance aux autres formations à mes oreilles ;-)

Mais ma Missa Solemnis, ça va être celle-ci ! je regarde tous les soirs les billets-papier, incrédule et émerveillée : je vais écouter le Philarmonique de Berlin, à Berlin, à la Philharmonie, sur du Beethoven, dirigé par Harnoncourt !!!!! Gaaaaaah !

{ Klari } at: 21 septembre 2011 à 16:27 a dit…

Zut! Philharmonique, pas Philarmonique. Gargl.

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White