mardi 10 mai 2011

Mats Ek - La Maison de Bernarda en questions


0 Comms'
Mercredi 20 avril  * Opéra Garnier
Mats Ek : La maison de Bernarda, Une sorte de

***
Une soirée source de bien des questionnements :

Arrivée à Garnier
  • comment peut-on faire rentrer deux paires de genoux dans le minuscule espace libre laissé devant les chaises ? Pourtant, ça rentre. De notre perchoir, on peut compter les Iphone du parterre (il y a même un Ipad).

La Maison de Bernarda
  • dans la Maison de Bernarda, le rôle-titre est joué par un homme, José Martinez, en l'occurrence. Qu'est-ce qui donne ce caractère aussi inquiétant, oppressant au personnage ? Sa silhouette, sèche et altière ? Un petit quelque chose dans son allure, ses gestes ? La tension exprimée par des épaules un peu raidies ?
  • certaines danseuses doivent hurler, gémir, criailler. Mais d'où leur reste-t'il suffisamment de souffle et d'énergie pour crier en plus de danser ?

Une sorte de
  • Tu crois qu'il vont danser sur le couvercle noir qui recouvre la fosse d'orchestre ? me demande mon voisin. Peuh, non, c'est uniquement pour protéger la fosse, affirmé-je péremptoirement. Hé non, les danseurs occupent non seulement la scène, mais aussi le cache-fosse, et même les premiers rangs du parterre si besoin.
  • Je n'éprouve pas d'appréciation particulière pour la musique de Gorecki en général, mais je dois admettre que Mats Ek a su trouver un univers musical qui enrichit à merveille sa chorégraphie. (Gorecki, ça m'évoque un ploum de contrebasse. Esseulé, guère intéressant, mais comme soubassement d'une oeuvre symphonique...)
  • Qui est l'éclairagiste ? Alors qu'un muret à contre-jour s'élève majestueusement vers les cintres, une vague de lumière engloutit l'un après l'autre les rangs du parterre, me rappelant la grosse tache d'obscurité qui galopait à toute allure vers l'Ouest lors de l'éclipse de 99,
  • Pourquoi, ce ballet, dans un langage chorégraphique qui pourtant me plaît, m'a-t'il plus intéressée qu'émue ? 

Et quelques autres questions pour la route :
  • Alors que Joël et Zvezdo m'emmènent visiter la loge de l'Impératrice (à moins que ce ne soit celle de l'Empereur ?), je pousse des oh et des ah ! Que c'est immense ! Un salon ! Un boudoir ! On pourrait y organiser des surprise-parties ! Lâcher des confetti sur l'orchestre ! Comment y réserver une place ? En quelle catégorie sont les fauteuils de cette si spacieuse loge ?
  • Et enfin, alors que nous sommes attablés dans un petit nippo-thaï du quartier, que choisir ? Bô-bun ? Chirashi saumon ?
Aussi : Grignotages, Danses avec la Plume, Bella Figura, A Petits Pas (avec des photos), Petit Rat Parisien

0 Comms':

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White