mercredi 23 mars 2011

Wagneralgie, ringopathie, théoptose, wagnoplexie


9 Comms'
Je crois que le parcours musical de tout un chacun passe par des lubies et des phases d'expérimentation. J'en ai déjà plusieurs à mon actif : gamine, j'ai écouté d'une traite tous les 33-tours de la discothèque familiale , jusqu'à l'écoeurement. Les lubies peuvent adopter des formes variées, selon le patient : monopianomanie, boulezophilie, syndrôme de COE, etc, etc.

J'étais persuadée de pouvoir échapper à la wagnerose (le personnage m'est assez antipathique) ainsi qu'à sa forme la plus aigüe, la ringite. Mais je ne savais pas à quelle point cette affection est contagieuse.

Etrangement, je dois la première inoculation du pathogène - en 2008, à un grand wagnerophobe, qui décrivait ainsi - avec raison, le Ring "too rich, too overblown, too romantic, too chock-full of buxom ladies in pointy viking helmets warbling about the glories of Valhalla", mais c'est lui que je dois remercier ou maudire pour les heures passées à écouter ce passionnant podcast (le Ring et la bouffe, le Ring et Tolkien, etc, etc)

Le virus a gentiment incubé quelques années, entretenu en douceur par les chroniquettes d'amis blogueurs. Aucun symptôme, la maladie reste asymptomatique. Jusqu'en automne 2010. L'achat d'une place pour le Vaisseau Fantôme via mon CE aurait du m'alerter. La fièvre monte. Joël enfonce le clou avec ses fiches encyclopédiques (quel boulot!) préparées en vue du demi-Ring de printemps à Bastille. Mon sort est fixé : ma wagnérophobie ne saura résister ni aux extraits du Crépuscule des Dieux du Budapest Festival Orchestra, ni au Tristan et Isolde de l'Odp à Pleyel, ni au Siegfried pour lequel P. m'a sournoisement revendu un billet.
(On me recommande également un Parsifal en avril, mais je ne peux pas être partout)

Si, en me plongeant dans le Ring, je retrouve la jubilation qui s'empare de tout ado normalement constitué qui découvre Star Wars ou le Seigneur des Anneaux (ou n'importe quelle saga digne de ce nom), je réalise qu'il faut soigneusement se préparer. Comment jongler avec les thèmes, suivre les multiples dénouements de la saga, jouer à ce jeu de l'oie musical (case d-16 : un sommeil magique s'empare de vous ! case d-37 : vous tombez amoureux de votre frère (soeur) jumeau. Lancez un double-six pour connaître le six de votre enfant incestueux - mais qui va sauver le monde, ouf, tout va bien) sans un minimum de préparation.

Il va falloir potasser sec. Souvenirs d'adolescence. Des fiches. Les FICHES. Sur des bristol à petit carreaux, les éléments importants encadrés au bic rouge, les dates en vert. Les révisions. Les devoirs à la maison. Heureusement, j'ai appris à skier sur internet entre temps, je n'ai plus besoin de faire de fiches moi-même.

Permettez-moi de distinguer plusieurs approches préparatoires au Ring.
  • les ficheurs : avec une rigueur toute mathématique, ils analysent, étudient, croisent les informations. A ceux-ci, rien n'échappe. Ils deviennent par la suite capables d'identifier le moindre soupçon d'évocation d'un thème par la clarinette basse alors que l'orchestre entier joue ffff.
  • les sportifs : ils écoutent en boucle la Tétralogie (15h!) jusqu'à ce que mort s'ensuive.
  • les astucieux : ils récupèrent les penses-bêtes de Siegfried le moine bénédictin, qui avec une dévotion remarquable, a compilé les leitmotifs de tout les opéras sur des pdf d'une page par opéra.
  • les flemmards, dont je suis, récupèrent les fiches et les anti-sèches de leur petits camarades. Plutôt que de s'embêter à solfier les motifs (gargl!), ils préfèrent écouter les explications (extrêmement claires) de Deryck Cooke, qui détaille avec énormément de pédagogie les déclinaisons de motifs, les imbrications de plusieurs motifs dans un même passage. Plutôt que lire le livret, pourquoi ne pas regarder tout simplement les DVD du Ring Chéreau/Boulez avec les sous-titres ? Complètement addictif (plus que 24h chrono), il me faut désormais mes quarante minutes quotidiennes.
Et de lister quelques ressources (attention, si vous souhaitez conserver votre santé mentale, ne cliquez sur aucun lien. AUCUN)
  • "Ring & I", le podcast introductif, par lequel tout a commencé,
  • les anti-sèches bénédictines (que vous pouvez télécharger sur l'Iphone, le Kindle, le gadget de votre choix)
  • le LEITMOTIFATOR : moche, web0.00000001, mais quel exhausitivité. Idéal pour s'auto-entraîner avec les mp3 fournis.
  • MOTIFOTRON en allemand : met en regard les motifs avec le livret - l'interface n'est pas des plus pratiques, mais il s'agit d'une ressource précieuse
  • la MOTIVOLOGIE pour les Nuls : ce double CD-audio est à se procurer d'urgence. Précis et complet, il explique les manipulations - sans recourir à un jargon opaque, qui font se transformer par exemple le motif de la Nature (tout bête) en motif de l'Or (un tantinet plus touffu) : cela permet d'une part de comprendre ce qui différencie des motifs parfois assez semblables à première écoute, tout en ayant une idée des mécanismes que R. a employé pour tricoter ses opéras. Bonus : le délicieux accent anglais de Deryck Cooke, le Wagnerologue parmi les Wagnerologues.

Qu'en retire-je ? Mon quotidien s'égaye de leitmotifs. Quand je passe près des bureaux de la direction générale, je fredonne le motif du Walhalla. Les termes 'arbitrages budgétaires' m'évoquent irrésistiblement le motif de la Renonciation. Et quand la Fouine (ne prenez donc pas cet air choqué, chaque organisation, chaque entreprise - même les orchestres, a sa Fouine de service (d'ailleurs, elles remplissent un rôle capital dans les organisations, ne serait-ce que par leur effet fédérateur)) passe non loin de mon bureau, c'est d'un air auto-satisfait que je sifflote entre mes dents les motifs agités du fourbe Loge.
A la cantine ? Mime frustré.

Encore quelques mois à tenir avant disparition des symptômes : la Cité de la Musique a fort opportunément programmé un Ring-de-Poche début octobre 2011. On me dit cependant qu'une cure de Renaissance devrait hâter la guérison - là encore, la Cité de la Musique a veillé au grain : on attend le magnifique ensemble Stile Antico pour avril 2012 !
***
Et bien sûr, les remerciements : merci à tous ceux qui ont découvert toutes ces pépites, écrit les chroniquettes fatales, etc : Zvezdo, Joël, Laurent, Richard.

9 Comms':

{ Joël } at: 24 mars 2011 à 13:22 a dit…

Tu vas rire, mais mon domaine d'expertise mathématique est la « théorie des motifs »...
À propos de l'effort pour préparer mon propre aide-mémoire, l'intérêt n'est pas tant le résultat final que le temps passé dessus (même si ce sera utile dans plusieurs mois ou années pour raviver la mémoire), tout comme la rédaction d'une anti-sèche faite en prenant son temps devient finalement inutile le jour de l'examen...

{ Klari } at: 24 mars 2011 à 13:39 a dit…

Ah mince ! Et moi qui pensais que tu faisais de l'homotopie de schémas ? Schémas ? Motifs ? Même combat ?

Oui, tout à fait ! Dans la chroniquette-brouillon, je m'étalais sur l'intérêt de faire des fiches, de passer du temps à les préparer (qui effectivement, permet de ne plus en avoir besoin le jour J). Mais comme j'ai tendance à pondre des chroniquettes-fleuves en ce moment, ce paragraphe entre autres a fait les frais de la campagne de réduction -10%...

je n'aurai malheureusement pas le temps de faire des fiches, surtout que je commence à confondre les thèmes (ceci dit, pas ma faute, j'ai l'impression que ce sont tous des variantes de do-mib-sol !)

{ palpatine } at: 24 mars 2011 à 14:49 a dit…

Achète donc ces deux bouquins (en vente aux harmonia mundi et dans les libraries musicales genre Beuscher à Bastille) :

http://www.amazon.fr/Guide-op%C3%A9ras-Wagner-Michel-Pazdro/dp/2213020760/ref=pd_bxgy_b_img_b

http://www.amazon.fr/Voyage-coeur-Ring-Bruno-Lussato/dp/2213626995

Y'a tout dedans, moi j'utilise les fiches des autres ! :) (même si c'est lourd à transporter à chaque Wagner : on est wagneromaniaque ou on ne l'est pas !)

{ Joël } at: 24 mars 2011 à 15:22 a dit…

Apparemment, j'ai raté l'envoi du commentaire précédent.
> Ah mince ! Et moi qui pensais que tu faisais de l'homotopie de schémas ? Schémas ? Motifs ? Même combat ?
Oui, homotopie des schémas, motifs, même combat.
> (ceci dit, pas ma faute, j'ai l'impression que ce sont tous des variantes de do-mib-sol !)
Encore un petit effort, et comme les Anciens, tu penseras que toute la connaissance se résume à la syllabe Om !

{ Klari } at: 24 mars 2011 à 17:16 a dit…

@Palpatine : je n'ai pas besoin de m'esquinter le dos, j'ai un Kindle (héhéhé), je peux donc transporter la moitié de ma bibliothèque dans mon sac sans souffrir. Et les notes de programme de Pleyel et de l'OP préalablement téléchargées. C'est Forêt-Amazonienne-friendly, de surcroît. J'ai aussi mis les penses-bêtes de Siegfried le Dominicain dessus.

(merci pour les références : s'ils existent en version numérique, je vais me les acheter, sinon, je trouverais bien l'équivalent en anglais)

@Joël : je ne savais pas que certains domaines mathématiques prédisposaient à la wagnerophagie.. On en apprend tous les jours.

Oui !!! (encore que je pense que ça dépend énormément de la manière dont chacun réfléchit - j'ai personnellement tendance à remarquer les points communs plus que les différences. Ergo, tous les motifs se ressemblent à mes yeux (oreilles).

zvezdo at: 24 mars 2011 à 20:04 a dit…

hou! la ringite! elle engendre le malaise, pour sûr....

{ klari } at: 24 mars 2011 à 20:14 a dit…

Surtout quand elle dégénère en ringite striduleuse aigüe, penses-tu.

{ la souris } at: 15 mai 2011 à 19:39 a dit…

Comme mon mémoire porte sur Kundera et non sur Wagner, je n'ai cliqué sur aucun lien. Mais tout de même, ces mélomanes... z'êtes organisés, y'a pas à dire ; les balletomanes ont des leçons à prendre.

(Je pourrais voir un jour ce formidable jouet qu'a l'air d'être le Kindle ? ça me fait irrésistiblement penser à un Kinder)

{ Klari } at: 16 mai 2011 à 15:38 a dit…

Rien ne presse en effet, finit ton mémoire avant de plonger là-dedans, on n'en sort jamais en plus.

(du coup, je n'ose pas te proposer d'aller écouter Pleyel à Colonne ce soir!)

Bien sûr pour le Kindle. Ceci me permet de transporter l'équivalent de deux-trois Billy avec moi et de pouvoir butiner de livre en livre dans la même journée, héhé. il faut juste que le Kindlounet, toi et moi soient dans la même salle de concerts au même moment !

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White