lundi 3 janvier 2011

Du Schumann pour entamer 2011


5 Comms'
Lieu et heure du crime : 2 janvier 2011, la Sirène (Paris)

L’année 2011, que dis-je, la deuxième décennie du millénaire a commencé par de la musique. Ce premier dimanche de janvier, l’Orchestre (faut-il encore le nommer ?) s’est réuni pour saluer la nouvelle année, faire ses adieux à la Pastorale et tremper un orteil dans le programme de notre prochain concert de mai 2011. Qui comporte entre autres le concerto pour 4 cors et orchestre de….

Schumann.

Dire que j’ai traversé tout Paris pour répéter du Schumann. Que les premières notes de l’année infligées à mon violon chéri étaient de Schumann. A se jeter dans la Seine.

Comment caractériser sa production ? D’horribles fa dièse qui sortent de nulle part, qui font se hausser les sourcils de consciencieux seconds violons, persuadés de jouer faux – fausse alerte, ce n’est qu’une orchestration hasardeuse. Un manque d’imagination confondant. Que vais-je pouvoir faire jouer à ces seconds violons, semble se demander l’affreux Robert. Des ploums en triolets ! Des ploums en noires. Oh, surprise, des oum-ploum-ploums en double-croches ! par lignes entières !

Le clou du spectacle est bien sûr la conclusion du premier mouvement du Konzertstück, qui n’en finit pas de finir avec 11 PLOUMS de fin là où un Beethoven ou un Mozart se contenterait de trois ou quatre sobres ploums. Heureusement, les quatre cors se chargeront de détourner l’attention de ce musicocide.
les zorribles ploums de fin

Passablement agacée, j’agrémente la répétition de remarques constructives « Tiens, on ressent l’influence du cours supérieur de ploum à l’Ecole de Composition » « Quelle fin ! Fin ! Fin ! Fin ! Fin ! Fin ! Fin ! Atroce ! » « £)=*% de fa dièse de trusquin de ragreyure» qui me valent des regards noirs du chef. Qui entre deux superlatifs « une musique sublimissime » « un fa dièse orgasmique », finit par admettre piteusement que Schumann ne sait pas orchestrer.

Et nommer une pièce Konzertstück (trad : morceau de concert). Heureusement que Clara et Robert n’ont pas appelé leur premier-né « Enfant », tant qu’ils y étaient.

Après la pause, un décrassage-adieu de la Pastorale, que je crains, nous ne reverrons plus avant longtemps. Je contemple avec nostalgie ces ruisselets, qui m’ont permis de franchir le cap des huit notes par archet, les doubles affolées de l’Orage, où j’ai battu mon record de vitesse, toutes ces mignardises musicales qui m’ont tant appris*.

Et soudain, le chef s’exclame, un large sourire aux lèvres « Qui veut venir diriger le premier mouvement de la Pastorale à ma place?»

Après que l’essaim de mouches a quitté la salle, je me lève timidement de mon siège, prend la baguette, et.... Triomphe ? Flop ? Une nouvelle ère dans la direction d'orchestre ?

Mes débuts en direction d'orchestre au prochain numéro !

-----
et grâce auxquelles j’ai bien failli tromper la vigilance de Gentil-Prof, qui ne s’est presque pas rendu compte que je déchiffrais lors de notre dernier cours. Si ? Oups, zut.

5 Comms':

zvezdo at: 3 janvier 2011 à 14:20 a dit…

"là où un Beethoven ou un Mozart se contenterait de trois ou quatre sobres ploums. "

mais tu les vois comme des avaricieux caressant leur cochonnet ou quoi? Chez Beethoven, il me semble bien qu'il y en a une page, de fa do, à la fin de la VIIIème... et c'est ça qu'est bon! de la générosité! du ploum! Nanméheu

{ Djac Baweur } at: 3 janvier 2011 à 14:24 a dit…

Je conteste le droit de quiconque à ergoter sur des ploums sans avoir joué auparavant du Minkus (en entier).

{ Klari } at: 3 janvier 2011 à 14:42 a dit…

@zvezdo : Mais comment tu oses comparer le ploum beethovénien avec le ploum schumannien ? Tu n'as pas honte !?
Le Ploum beethovénien, comme tu le dis, il est ample, généreux, imposant. Le ploum schumanien, c'est un cache-misère. Un pis-aller. Un petit ploum, avec un 'p' minuscule.

@djac : Propose à Marc K. On verra ce qu'il en dit ;-)

{ etnobofin } at: 4 janvier 2011 à 18:13 a dit…

klari, il faut te faire apprécier Schumann (un peu, au moins, avec ploums ou sans) ... t'as jamais entendu ses quintette/quatuor/trios pour piano et cordes? C'est mon petit défi pour 2011 alors :)

{ klari } at: 4 janvier 2011 à 20:40 a dit…

Défi. D'accord. Pour 2011. OK.


Mais "petit" ??

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White