vendredi 22 octobre 2010

Bojan Z & Tetraband - Banlieues Bleues


5 Comms'
Dynamo, Pantin
mercredi 20 octobre

Bojan Z & Tetraband
Josh Roseman (trombone) Seb Rochford (batterie) Ruth Goller (basse)

Dans un irrésistible élan d'enthousiasme et d'amour universel, j'avais tenté de rameuter les blogocopains et twitamis susceptibles d'apprécier un bon concert de jazz. Dérogeant par là-même au premier commandement du concertivore : 'Pour un concert, UNE place tu réserveras'. Quelques jours plus tard, me voici, une demi-douzaine de places sur les bras, et un panaché d'excuses pathétiques à disposition "Je vais à Majorque, pour le boulot. Si, pour le boulot". Ou encore "Une urgence, je dois aller à Londres". Comme si les écureuils de Kew ne pouvaient pas patienter un jour ou deux.

Assez râlé, tout est bien qui se finit bien, les billets orphelins trouvent in extremis une nouvelle famille, et notre petite caravane s'achemine vers la Dynamo. Adorable endroit dédié au jazz, tranquille et convivial, à un jet de pierre du métro, que ma légendaire paresse de pseudo-parisienne m'avait empêché de découvrir plus tôt. La quiche y est savoureuse, la bière fraîche, l'accueil chaleureux.

Le concert se tient dans une salle intimiste, où le public entoure les musiciens plus qu'il ne leur fait face en rangs d'oignons. Si je savoure la proximité avec les musiciens, le volume sonore est par contre trop massif pour une salle de cette taille.
En effet, le batteur n'a pas la délicatesse féline d'un Eric Harland ou de Tommy Crane. M. Rochford, en plus d'une antipathie affirmée envers la gent des coiffeurs a un positionnement musical hétéroclite. Une bouillabaisse de rock, punk saupoudrée de jazz et de skronk. Ne me demandez pas ce que c'est, je l'ai lu dans le Guardian. Je répète, c'est tout). Il aurait fricoté avec Pete Doherty, aussi.
Sa collègue Ruth Goller, à la basse, est également une transfuge du groupe Acoustic Ladyland. La basse, généreusement amplifiée, et l'énergique batterie tendent à noyer les claviers et le trombone. Les tutti (il existe certainement un terme technico-jazzeux pour désigner les passages où tous improvisent en même temps - avec une légère tendance à shoegazer, d'ailleurs) forment un bloc sonore où il est difficile d'identifier quoi que ce soit. J'incrimine également mes reliquats de grippette, qui me rendent particulièrement averse au bruit.

Se démarquent des passages plus paisibles, en particulier ceux où le trombone et les claviers (Bojan Z est assis entre un rutilant Steinway et un objet numérico-musical non identifié, à clavier et à molettes) tiennent le haut du pavé, la batterie et la basse ronronnant doucement en arrière-plan. Bojan Z est un pianiste hors pair, avec ce sens de la pulsation typique aux jazzeux, et un toucher ! Un son ! Ouaté, debussien, ou plus acide, agressif, correspondant d'ailleurs mieux à son physique râblé de rugbyman. C'est un pianiste que j'aimerais beaucoup revoir en solo.
Les mêmes remarques s'appliquent au tromboniste qui fait chanter, murmurer, gémir son trombone. Je suis impressionnée et surprise, moi qui suis habituée aux interventions triomphales de cuivres (imaginez les POON ! de cuivres dans de grands accords finaux beethovéniens).

La soirée s'achève par un débrief un peu surréaliste, entre un Schumannophile, un accro à la musique contemporaine en désintoxication, un altiste assourdi, un reconstructeur de pays amateur de jazz. La conversation papillonne de pianos préparés aux bienfaits de Lachenmann en passant par les psychoses Sokoloviennes - qui, me dit-on, serait un fervent appréciateur de codes-barres alimentaires.

5 Comms':

{ Louis } at: 25 octobre 2010 à 10:51 a dit…

1- pour les salles de banlieue c'est tout à fait vrai, y a un côté plus roots et à la cool, plus sympa, moins étriqué.
C'est vrai quand on joue, je me rappelle d'accueil hyper chaleureux dans des petites salles avec un groupe de rock où je jouais, les gens sont plus détendus et sympas.
D'ailleurs pour aller voir ma nouvelle idole Avishai Cohen à Meudon plutôt qu'à l'Olympia (concert que je te recommande extrêmement chaudement, si tu veux voir du jazz, avec des nuances extraordinaires, un pianiste avec un toucher à se renverser, une sorte de "non virtuosité" mais une très grande profondeur émotionnelle, bref moi je suis complètement conquis par ce mec et son groupe en live, un de mes plus beaux concerts de l'année).

2-Etant un très très très grand fan de BojanZ, mon pianiste français fétiche, je te rejoins quand même sur le fait que cette formation là très brut de décoffrage, gros son très compact et binaire, c'est pas celle que je préfère.
Ca me rappelle des concerts il y a qqs années en duo entre lui et Julien Lourau au sax ténor. Des moments incroyables où les 2 compères jouaient au premier sens du terme, à se surprendre, à se faire des feintes, des clichés et jouer dessus, une musicalité dingue et une sorte de gouaille jouissive de deux larrons qui se connaissent par coeur et s'amusent l'un de l'autre.
Bojan et son inspiration balkanique (bon là avec Tetraband ça se sent moins...), sa plasticité extraordinaire (du piano jazz "oldschool" au gros rock), sa solidité en rythmique (c'est pas pour rien qu'il a été assez jeune le pianiste de portal), son inspiration mélodique, que j'ai toujours trouvée assez "russe" (qqch de l'évidence, ça m'a toujours fasciner chez les russes ça).

Et d'ailleurs en ce lundi matin frisquet et grisonnant, rien de telle que la vidéo de Tu Mi Turbi en live dans un festoche pas parisien, avec la jeune garde BojanZ et Lourau et derrière eux les vieux loups de mer Texier et Ceccarelli à la rythmique.
Solo magistral de BojanZ, et une grande leçon sur tout le début de minimalisme rythmique, dans la série je joue 3 notes à la minute et ça groove de malade l'air de rien, et rien que le son de sax de Lourau solo sur l'intro :
http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=3569807

{ Klari } at: 25 octobre 2010 à 17:42 a dit…

Louis ! Coucou ! Comment vas-tu ?

(bigre, tu commentes rarement, mais quand tu le fais, tu ne fais pas semblant)

Pour répondre à tes remarques avec ordre et méthode :
1. Avishai Cohen à Meudon, c'est complet. Par contre, il resterait des places - et il serait possible de déjà réserver, pour son concert du 14 mai à Alfortville. Est-ce que ça te tenterait.
Le gros dilemne, c'est qu'il y a ça :
LA WALKYRIE de Richard Wagner - Nouvelle Production
Dirigé par James Levine, Avec Deborah Voigt, Eva-Maria Westbroek, Stephanie Blythe, Jonas Kaufmann, Bryn Terfel, Hans-Peter König
Samedi 14 Mai 2011à 18h00
au même moment à la Géode. C'est tentant aussi, hein ? le Walhalla des wagnériens descendu sur terre pour notre illumination musicale à tous !

2. Ce sont ces ingrédients même qui font que je prends mon pied à écouter de la musique indienne. je pense d'ailleurs généralement que l'appréciation du jazz et de la musique indienne se fonde sur les mêmes éléments - après, c'est une question de goût.

3. M'en occupe ce soir !

4. C'est génial, ton projet de studio à domicile. J'ai été rapidement fouiné sur le site, ça a l'air très très bien. Attention toutefois, il y a une coquille dans l'adresse e-mail (dans l'onglet contact, je crois), c'est ballonet !

{ louis } at: 30 octobre 2010 à 10:33 a dit…

Désolé de pas avoir répondu plus tôt, j'ai pas du coché l'alerte mail de réponse aux commentaires et je regarde sur rss donc j'avais pas pensé à regardé ta réponse.

1-je vois très fréquements des wagnériens qui sont ... euh ... wagnériens. Et disons que j'ai déjà l'impression d'en bouffer pas mal. Enfin j'ai seulement vu le vaisseau fantôme en tout et pour tout, donc je devrais quand même aller voir un peu de quoi il en retourne.
Mais bon je crois que je préfèrerais la facilité, sans avoir à me faire 10 fois l'Opéra et le livret parce que Wagner c'est pas Mozart, on arrive pas comme un cheveu sur la soupe au concert.
Bref je dis par fainéantise un peu aigüe : Avishaï.
En plus Alforville c'est le RER D, celui qui marche jamais, la grand aventure.

2-tout à fait d'accord. Et des musiques qui ne s'apprécient pas sans live. Ce que je trouve particulièrement beau.
(sans rentrer dans un vieux débat sur le classique/rock où il y a "moins" de live, disons qu'on ne peut, je crois, pas du tout du tout aimer ni comprendre le jazz sans aller voir des concerts, musique indienne pareil).

4-Merci pour studio à domicile.
C'est assez rigolo, disons que ça me permet de voir des gens vraiment très très différents, c'est souvent très sympa, parfois improbable.
C'est amateur-amateur comme niveau, parfois c'est un peu compliqué d'enregistrer (l'air de rien enregistrer une chanson en 1h30 c'est difficile côté justesse et placement rythmique même si on pense connaître par coeur la chanson) mais y a souvent un enthousiasme formidable des "solistes" d'un après-midi.

{ Louis } at: 30 octobre 2010 à 10:39 a dit…

et merci pour la coquille, je croyais l'avoir corrigée mais visiblement pas du tout. C'est fait.

{ Klari } at: 4 novembre 2010 à 01:16 a dit…

1. ok. je réserve (au moins deux places?)

4. j'imagine, j'imagine.. Mais ça doit faire de beaux souvenirs à tes clients !

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White