vendredi 10 septembre 2010

Dhrupad - Cours #1


8 Comms'
A l'automne 2004, j'avais passé mon premier cours de violon à admirer sous toutes les coutures mon petit violon, qui m'est devenu familier : il traîne entre le canapé et des boîtes à chaussures. L'émerveillement des débuts m'a quitté. Restent Sevcik et Wohlfahrt.

J'aime les premiers cours. Je me rappelle mes premières heures d'algèbre, de latin, d'allemand, l'excitation de découvrir un univers exotique - avant que cela ne se complique et qu'il ne faille travailler.

Hier, j'ai donc eu mon premier cours de dhrupad. J'ai tendance à penser qu'il y a des choses auxquelles on ne peut échapper : gamine, je regardais d'un œil émerveillé le violon de mon demi-frère, laissé à l'abandon derrière une armoire. Une bonne vingtaine d'années plus tard, me voici apprentie violoniste. Pendant une période - assez courte, j'ai voulu être chanteuse d'opéra. Après avoir ruiné à l'adolescence mes cordes vocales à doses généreuses de Marlboro light, je prends aujourd'hui des cours de chant. Certaines choses vous poursuivront jusqu'à ce que de guerre lasse, vous vous résignez à les accepter.

Mon premier cours de dhrupad. Je m'étais préparée à m'asseoir au fond de la classe, près du radiateur. Mes espoirs sont réduits à néant : nous sommes deux. On va m'entendre - je regrette amèrement l'intimité de mon micro-ondes. Je maintiens une façade digne pendant l'échauffement ( des gammes, des gammes et encore des gammes) mais me liquéfie une demi-heure plus tard, quand ma consœur prend la poudre d'escampette.

La deuxième partie du cours est consacrée à un mini-alap sur Bhairav. Bhairav est un raga assez connu, qui fleure bon l'Inde et le Moyen-Orient, grâce à quelques intervalles exotiques savamment disposés dans la gamme. Mon livre de chevet et quelques sites internet divers et variés ne tombent pas d'accord sur la définition de la gamme du raga en question. Ceci serait une bonne approximation :



On s'attarde autour du "Sa" (qui hier, n'était pas un do, mais un la, passons, passons, j'ai horreur des discussions de transpositeurs), puis taquinons les notes en dessous, dans les graves, des graves qui chatouillent délicatement l'estomac. La prof esquisse des phrases musicales, qu'il me faut reproduire. Si cela reste à peu près dans mes cordes tant qu'on ne s'éloigne pas trop du "Sa" (qu'il est dur de manquer, la tambura étant là pour marteler avec vigueur des "Sa") , cela se complique dès que l'on part vers l'extrémité supérieure du raga. Quand elle finit une phrase, je ne me rappelle plus de la note de départ. S'ensuit un colin-maillard musical, essayons cette note? trop bas ! raté, un poil plus haut ? trop haut ! encore raté, caramba.

Contrairement aux premiers cours de violon ou d'instrument, en général, où ne sont abordés que des problèmes de mécanique - pose ton doigt là, arrondis la paume, tiens-toi droite, respire - ce premier cours me donne déjà la sensation de faire de la musique. Entre deux coups de panique, je savoure brièvement la délicieuse sensation de glissandifier d'une note pour arriver, joie et confitures célestes, sur une note importante, lumineuse et conviviale comme un rayon de soleil sur un ciel d'orage.

Parfois, j'invente. Quand il m'est impossible de reproduire la phrase de la prof. Elle m'encourage à continuer, peut-être suis-je déjà dans le raga. Ceci dit, j'ai du faire quelques malencontreuses incursions dans un raga moussonifère - Miyan ki Malhar, certainement, car il pleut des hallebardes quand le cours s'achève.

Hum.

----
Lectures suppplémentaires : Tout sur Bhairav (attention, complexe), enseignement de la musique indienne, un annuaire de ragas.

8 Comms':

{ Joël } at: 1 février 2012 à 22:21 a dit…

Bon, il parait que tu as fait des progrès spectaculaires depuis...

{ Klari } at: 1 février 2012 à 23:12 a dit…

Oui, j'ai arrêté de miauler silencieusement, j'émets désormais des sons audibles.

Alors, alors !? Raconte !!

{ Joël } at: 1 février 2012 à 23:36 a dit…

À part que les sons audibles que j'ai émis étaient pas mal faux et qu'on a essayé de commencer à travailler le raga Yaman (Ni Re Ga Ma^ Dha Ni Sa | Sa Ni Dha Pa Ma^ Ga Re Sa ; le "^" est à la place d'une barre verticale au-dessus altérant vers le haut.) plutôt que le Bhairav, je n'aurais pas grand'chose d'intéressant à ajouter à ce que tu as déjà si bien raconté.

{ Klari } at: 2 février 2012 à 00:08 a dit…

Tu connais déjà le nom de notes, paf, ça te donne six mois d'avance !

Félicitations pour ton premier cours !

{ Joël } at: 2 février 2012 à 00:12 a dit…

Je me suis rendu compte que si effectivement je connais bien le nom des notes dans le sens ascendant, pour le sens descendant, va falloir bosser un peu...

{ Klari } at: 2 février 2012 à 11:55 a dit…

Alors :

-pour les notes fausses : moi aussi. Il y a deux trois ans, j'essayais de chanter à l'unisson du micro-ondes sous la supervision de Djac, et blam! Je sortais toujours une quinte, une quarte, et quand Djac me faisait signe de descendre, j'arrivais péniblement à sortir la tierce, voire la tierce mineure du micro-ondes.
J'imagine que ça prend un petit peu de temps de s'habituer à l'unisson (y'a p'têt un truc un peu déroutant dans la disparition de sa propre voix (qu'on continue d'entendre quand on chante autre chose))

- pour le sens descendant. yep, mais les exos sont archi bien conçus. Ca rentre à la longue, tout gentiment, sans forcer.

Et surtout : tu vas prendre tes cinq pieds à ton prochain concert de dhrupad ! (j'ai trouvé que mes cours m'ont ouvert les oreilles!)

{ Joël } at: 2 février 2012 à 17:11 a dit…

Oui, ça m'a fait très bizarre les 2 ou 3 fois où je n'entendais plus ma voix... J'ai un four mais pas à micro-ondes. Comment faire !? Au moins, j'ai un bidule électronique qui fait aussi métronome qui peut me dire la note que je joue...

{ Klari } at: 2 février 2012 à 17:16 a dit…

Et un aspirateur ?

(sinon, rassure-toi, les cours sont là pour ça.. petit à petit, l'oiseau fait son nid, et tout ce genre de choses!)

(ps: je suis contre les zengins électroniques qui te désaprennent à faire confiance à tes oreilles. Accepte de te plantouiller quelques temps, ça fait partie du folklore musical ;-) )

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White