lundi 12 avril 2010

Répétition aux Concerts Gais - où comment rendre un second violon heureux


0 Comms'
Moi, j'aime quand :

- on me parle avec mes mots. Quand on me dit : "Ne jouez pas ces deux accords PwwrrraaaamPllaaaaam, c'est lourd et flou, jouez Palf! Chut! Plaf! Chut! et Ploum!*", je comprends tout, et je me sens utile et musicienne.

- je suis assise derrière un violoniste qui sait faire des contretemps. Il suffit de bouger le coude en même temps, ça marche tout seul, même dans le cas d'horribles contretemps qui vont à toute berzingue,

- j'aime les cafés gourmands du restau à côté de la salle de répétition. Et leur gratin d'aubergines.

- Pierre, le soliste et gentil-prof, nous fait des suggestions "Ne faites pas un grand coup d'archet pour les Pawouam, pawouam, ca change trop de style avec les notes acérées qui précède. Ca donne une impression de Blouarg (dit'il en tirant la langue (s'imaginer le borborygme de la baleine digérant mal son café gourmand)), appuyez vigoureusement sur la corde, et gardez un archet court, ça reste dans le style". C'est rigolo, constructif, et ça change des "Vous jouez vraiment trop infâme, c'est affreux, jouez joli" que j'ai naguère entendu. Vous n'imaginez pas de quelles âneries les premiers violons solo sont parfois capables ! (j'en ferais volontiers une chroniquette, mais ils sont trop facilement reconnaissables)

* ce chef est manifestement issu d'une école qui ne pratiquait pas le Crado'lfège, mais l'Onomat'olfège. Mais ce sont également des gens très recommandables.

0 Comms':

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White