mardi 15 septembre 2009

Cours de bharata natyam, les Q&R


6 Comms'
(ne nous inquiétons pas, je n'irai pas jusqu'à décrire des cours d'aquagym sur ce blog)

Me voici inscrite à un cours de bharata natyam depuis deux semaines. Ayant la flemme de structurer une note, je vais jouer à poser des questions à moi-même.

1. Pourquoi du bharata natyam ?
Je voulais étudier une danse plus jolie, plus souple (de l'odissi ou du mohini attam, cette dernière discipline admirée l'année dernière à la Cité de la Musique), mais nous sommes à Paris : où on trouve, en terme de style classique indien, des cours de kathak ou de bharata natyam, point barre. N'ayant guère envie de ressembler à un moulin à vent hystérique, c'est tout naturellement que je choisis le bharata natyam.

2. Est-ce relaxant ?
Non, c'est comme de l'aquagym sous amphètes. Par contre, l'esprit se vide tout en étant concentré sur les doigts de la main gauche, la position des jambes, le dos, les coudes, les omoplates, le visage, etc,etc. De fait, ça ressemble étrangement aux débuts du violon, quand il faut tenter de surveiller 149 paramètres en même temps tout en essayant de jouer une note acceptablement juste. Le terme approprié serait : intéressant, gratifiant, épuisant (au bout de 15 minutes, les jolies silhouettes des participants se transforment en effet en hippopotames rougeauds et ruisselants).

3. Ca fait maigrir?
Très certainement, cf plus haut.

4. Il faut des baskets ?
Non, voyons. Pourquoi pas un jogging, tant qu'on y est. il serait probablement outré d'arborer la tenue et le maquillage de rigueur (cf images sur google), mais on se vêt toutefois d'un élégant salwar kamiz. D'où les savoureuses conversations de vestiaire "arg, j'ai fait faire sur mesure cet ensemble en Inde, mais je ne rentre pas dans la tunique". Aaaah, les miracles du sur mesure à l'indienne.

5. Et musicalement ?
Apparemment, au niveau débutant, pas de musique. Bouh. Ouin. Par contre, au musée Guimet, il y a régulièrement des spectacles de danse + musique.

6 Comms':

{ bladsurb } at: 15 septembre 2009 à 21:08 a dit…

Et les grelots aux chevilles, c'est à partir de quel niveau ? (histoire d'avoir aussi à penser à tous les mouvements du pied ...). Et là-dessus, les sympathiques rythmiques indiennes, en échafaudages irréguliers. Bon courage !

{ klari } at: 15 septembre 2009 à 23:06 a dit…

Hou, ne t'inquiète pas pour nos petons, ils ne sont pas laissés à l'abandon: on doit déjà frapper du pied sans grelots. mais en rythme. On se contente pour l'instant des "plomp" sur le bois, on verra après pour le "plom-shlirrshlir".

Oh oui, les rythmes indiens... gnnnn !

{ Joël } at: 19 septembre 2009 à 18:31 a dit…

Cela doit être bien de comprendre le sens des mouvements et des postures. Pour le spectateur régulier de bharata natyam que je suis, il est quelque peu frustant de se dire qu'on n'en comprend pas 10%.
À propos des grelots, j'ai souvent vu des petites boules récalcitrantes s'extraire des chevilles de la danseuse (tant que ce ne sont pas les rallonges de cheveux qui chutent)... Marchera, marchera pas dessus ? Arrivera-t-elle à les pousser discrètement hors scène ?

{ klari } at: 21 septembre 2009 à 15:17 a dit…

En effet, c'est (entre autres) ca qui m'a motivée à commencer : pouvoir un jour assister à un spectacle, et comprendre (un peu) les tenants et aboutissants.

Bon pour l'isntant, c'est mort.. On fait beaucoup d'exercice de pieds/mains/bras/tête visant à dvl la coordination, un peu comme les premières années de danse classique, assez chiantes, je crois.

Par contre, les dernières minutes du corps, on fait qq mudras / mvt de mains, la prof énonce en même temps le nom de ces mudras, j'ai reconnu qq mots, pas plus, malheureusement, mon hindi culinaire vole au niveau des pâquerettes, arg !

{ Joël } at: 21 septembre 2009 à 21:32 a dit…

> mon hindi culinaire
Et encore, heureusement que les noms sont en sanskrit. En tamoul, ce serait encore plus difficile...

{ Klari } at: 21 septembre 2009 à 22:21 a dit…

ouwooooups !

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White