lundi 13 octobre 2008

Nuit Indienne, volume 2


1 Comms'
Avant: vol 1.
Cité de la Musique, 27 sept, la nuit vient de tomber - Sudha Ragunathan & Co, chant carnatique

La Nuit vient à peine de commencer, certes, mais nous avons déjà un peu perdu la notion du temps alors que nous nous apprêtons à rejoindre nos places. Nous observons avec stupeur que l'un des spectateurs du concert, allongé sur un tapis, dans la "fosse", s'est emmailloté dans un drap, comme un saucisson. Un expérience de privation sensorielle, peut-être? Un vampire? Mystère et boule de gomme.

Le deuxième concert de cette nuit est une vocaliste. Notre premier ensemble (nadaswaram/hautbois et tavils/percussions) est d'un niveau tel que je ne sais pas à quoi m'attendre. Probablement à une star intergalactique du chant carnatique?

Son ensemble s'installe, avec instruments et bagages (dont un mignon petit sac Darty) : elle-même, un violoniste, un percussioniste, mais aussi un joueur de morsing, ie de guimbarde.

En fait, ce sera un peu décevant. Si Sudha Ragunathan a une technique époustouflante, elle me semble manquer de musicalité. D'autant plus qu'elle ne prend pas le temps "d'installer" ses ragas, elle embraie d'emblée sur les passages rapides et acrobatiques, j'ai l'impression d'écouter un disque "best-of" de musique classique. C'est beau, virtuose, certes, mais tout compte fait assez creux. Après trois bons quarts d'heure d'acrobatiques vocalises, elle nous présente enfin un raga en bonne et due forme.

Soit. Mais elle n'a pas l'impérieuse présence d'un Amjad Ali Khan qui force l'écoute. C'est ainsi qu'à ma grande honte, je pique un petit roupillon, mais qui me permettra, j'en suis certaine, de profiter, fraîche et dispose, des artistes suivants. Mais heureusement, je me réveille pile-poile, quelques minutes avant la fin, pour un incroyable et revigorant solo de guimbarde sur un étonnant cycle rythmique de trois temps et demi !

1 Comms':

{ Joël } at: 20 avril 2012 à 19:39 a dit…

Je viens de me réécouter le concert de Sudha Ragunathan auquel tu avais assisté (et au raga développé que j'avais entendu le lendemain). Si à l'époque, j'avais beaucoup aimé, je suis finalement assez d'accord avec ce que tu disais. Certes, le timbre de la voix est flatteur et elle est très virtuose dans les morceaux les plus courts, mais dans les « ragas en bonne et due forme » (qui s'appelent Ragam Tanam Pallavi d'après une néocommentatrice de mon blog, la partie "Ragam" étant l'homologue de l'Adap, le nom développé étant en fait « Ragam Alapana », cf. RTP in Kalyani), dans les longs développements donc, elle semble beaucoup moins intéressante que d'autres chanteurs de musique carnatique. Dans le concert du soir, le plus délicieux moment est effectivement le duo rythmiques sous la forme d'une séance de « questions et réponses » entre le mridangam et le morsing (la délicieuse guimbarbe !) ; on peut d'ailleurs entendre la chanteuse clapper le tal pendant que les deux autres musiciens jouent !

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White