jeudi 18 septembre 2008

Missa Solemnis , Répèt' générale


6 Comms'
C'est toujours un plaisir d'assister aux répétitions de l'Orchestre de Paris, immanquablement inattendues et surprenantes.

Alors que les privilégiés ayant réussi à dégoter un billet pour la générale s'installent, les musiciens s'échauffent : les cordes révisent quelques traits d'orchestre, d'autres papotent, le timbalier, juché sur une monumentale estrade, joue les majorettes. L'orchestre et le public (essentiellement composé de parents, d'amis et de confrères) s'échangent d'énergiques coucous peu solennels.

L'orchestre est très sage, pas de clowneries ce soir. Tout au plus le bassoniste ne se cachera pas pour grimacer un bon coup (j'imagine que jouer du basson longtemps crispe les joues), au fond, certains seront un brin plus vautrés qu'en concert, un flûtiste prend 5 minutes pour plier un pullover avec un soin minutieux, et le ténor manque trébucher sur sa chaise avant son intervention.
Tout va bien.

J'écoute cette œuvre imposante pour le première fois, elle parait très exigeante. Par contre, je trouve exceptionnellement l'orchestre un brin éteint, parfois un peu désordonné, notamment dans la fugue de l'Agnus Dei. Peut-être l'effet rentrée? Ou ma mauvaise humeur ? Bah, je ne m'inquiète pas outre mesure, ils seront de toute façon très certainement à la hauteur le lendemain. Si trois des solistes s'économisent, c'est un plaisir d'écouter la soprano, Elodie Hache, membre du choeur de l'Orchestre de Paris (choeur amateur, rappelons-le), qui remplace au pied levé Christine Schäfer. Elle sera récompensée par les applaudissements partiaux et mérités de ses collègues du choeur, voire quelques cris enthousiastes.

Saluons aussi la performance de Philippe Aïche (qui se serait récemment cassé le petit doigt de la main gauche en trottinette, aïe), mais qui, joue imperturbablement la partie solo du Sanctus, incroyablement exigeante, et fort peu tendre pour un petit doigt gauche de violoniste.

Un peu fatiguée, repue de musique et de ragots (que je rapporterai une autre fois), je m'éclipse à l'entracte la pause, laissant Eschenbach peaufiner la Missa Solemnis avec son orchestre, ce qui donne, j'imagine, quelque chose d'approchant:
"... alors voyons... voyons... mesure 47, pour les trombones, un peu plus présents s'il vous plaît... sinon c'était bien... ça, ça va... ça, ça va... ça, ça va... on va refaire le début du Gloria pour l'ensemble ...ok très bien, ensuite...etc".

PS : Pour ceux qui en redemandent, la Journée Portes Ouvertes, dimanche, salle Pleyel, ou les E-notes de concert très fouillées sur la Missa Solemnis. Ou encore la critique du Monde.

6 Comms':

{ borisette } at: 18 septembre 2008 à 23:37 a dit…

le nom de la jeune soprano qui a chanté avec tant d'enthousiasme est Elodie Hache !

{ klari } at: 19 septembre 2008 à 09:39 a dit…

Ok, merci : je note et corrige le billet en fonction!

desordre68 at: 21 septembre 2008 à 21:28 a dit…

Coucou !... C'est moi le blogger masqué . Je viens de temps en temps sur le...scope de Klari .
Bon !Que dire , Bof !..Ben oui ,
bof ! et re bof ! R.A.S.
C'est pas rigolo sauf pour les bobos du Marais ..C'est d'un snob
mon cher (ma chère) ! C'est à Stap..! A quoi ça sert ? A rien , c'est insignifiant et pédant .. plein de strass kitch ! C'est terne ! C'est comme le "crincrin" du violoneux ( de la violoneuse).
A++ mes chers zamis ! Beurk !
Désordre68

{ Djac Baweur } at: 22 septembre 2008 à 10:14 a dit…

Oh ! Un troll !
Ça doit être la saison...

{ klari } at: 22 septembre 2008 à 10:49 a dit…

Tu crois, si tôt dans l'année ? Ceci dit, le temps d'écrire deux commentaires si long, cette personne si exigeante et si critique avait largement le temps d'aller lire des articles bien plus intéressants, c'est fou, non ?

{ Djac Baweur } at: 22 septembre 2008 à 13:33 a dit…

Ha mais, précisément, c'est la définition du troll. De l'énergie dépensée inutilement.

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White