samedi 5 juillet 2008

une chanson pour la route : les savy fav - the sweat descends


0 Comms'
les savy fav sur disque, c'est un peu compliqué. d'une part, c'est un groupe fabuleux, avec une subtilité d'écriture dingue, un son parfait, juste sale comme il faut, une vraie dose d'adrénaline à se mettre dans les oreilles à tout moment du jour et de la nuit, avec ce qu'il faut de mélancolie sous-jacente pour rendre la chose abrasive et intéressante. mais en même temps, ce n'est rien à côté de les savy fav en concert.

le net regorge d'anecdotes et de vidéos sur l'un des meilleurs groupes de scène qu'il m'ait été donné de voir, je vous laisse faire votre marché. et tout le monde le dit (à commencer par les excellents pitchfork), une fois qu'on les a vus en concert, on n'écoute plus les disques pareil ...

bref, the sweat descends. un peu facile, j'avoue, c'est un de leurs singles phares, et tous les albums regorgent de perles (en particulier le premier, 3/5, beaucoup plus punk "banal" que les autres - tout restant, comme le veut l'expression, relatif). mais quel morceau ! un riff simplissime sur lequel viennent se greffer plein d'éléments dans tous les sens, une rythmique imparable, la frénésie de la voix, un refrain-hymne avec son arrangement aigü à la guitare qui fait décoller le morceau à des altitudes dangereuses. un très bon concentré de tout le talent du groupe : diablement efficace et incroyablement sophistiqué, frénétique et ultra-carré, un côté dansant non sans une certaine amertume, et toujours quelque part dans le fond, une colère sincère portée par une voix grondeuse en permanence au bord de la rupture ... une belle invitation à aller se plonger dans la furie imprévisible des concerts, donc.

phi.

0 Comms':

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White