mercredi 21 mai 2008

Elève appliqué, peut mieux faire


4 Comms'
Cité de la Musique, 19 mai '08, 20h.

Philippe Manoury: Fragments pour un portrait
Igor Stravinsky: Histoire du soldat
Ensemble Intercontemporain, direction: Susanna Mälkki

D'ordinaire, quand les musiciens du Chantier se mettent à jouer plus faux que d'ordinaire, notre chef vénéré s'exclame "Bonjour Boulez". Or, Boulez n'était pas au Chantier hier soir. Il avait délaissé le CSO* pour l'Ensemble Intercontemporain, son petit bébé.

Les solistes de l'EIC entrent, et prennent place. Rien à voir avec la configuration classique. Qu'il suffise de dire que l'ensemble est divisé en 3 groupes d'une dizaine de musiciens, certains munis de dessertes ou de porte-manteaux afin d'entreposer leurs divers instruments : des flûtes emberlificotées sur elles-mêmes, une clarinette ressemblant plus à un radiateur qu'à ce noble et élégant instrument, etc.

Susanna Malkki, vêtue d'une sorte de veste-kimono noire et d'un pantalon qui lui prête un je-ne-sais-quoi de super-héros de production américaine, entre sur scène. Elle ne dirige pas, elle danse: les bras hauts vers le ciel sur les derniers temps des mesures, de grands balancements abandonnés de gauche à droite sans oublier les petits mouvements de coude qui accompagnent la musique. Un savant compromis entre la guestuelle de chef d'orchestre, de sémaphore et de danseur moderne.

Manoury, c'est pas mal. Très complexe (d'après le programme), mais ici et là, on entend de superbes couleurs très expressives. Il faut dire que l'armada d'instruments mise à disposition ( un contrebasson, des flûtes de toutes tailles, des trompettes piccolo, une contreclarinette archibasse et un stock de percussions qui ferait saliver un quincailler: il y a même des enclumes, ceci ne peut que permettre à un habitué de l'IRCAM de se faire plaisir.


Pendant l’entracte, Boulez se voit entourer d’une foule d’admirateurs/d’élèves (Manoury vient voir son prof), alors que ça s’énerve sur scène : des 30 et quelques musiciens, il n’en restera plus qu’une demi-douzaine pour le Stravinski. Ca en fait, des chaises à empiler, des pupitres à plier.. Entre temps, des jeunes gens distribuent des CD-cadeaux de l'Ensemble Intercontemporain au public.

Le récitant de l'Histoire du Soldat, un grand roux vêtu d’une veste bleue turquoise et muni d’un minuscule violon force l’attention, sans tomber dans le pathos. Les musiciens sont époustouflants, sur une musique tour à tour militarisante, burlesque ou mélancolique. Mais au bout d’une demi-heure, alors que le soldat vient d’échanger son violon pour un livre qu’il vient d’échanger pour une princesse etc, je dérape, ma mâchoire inférieure semble se doter d’une volonté propre, mes paupières se font lourdes. Je ne suis plus que par intermittence l’œuvre, pourtant excellemment jouée et racontée (et dansée par Susanna Malkki).

Du beau monde dans la rame de la ligne 5 : des musiciens de l’EIC, des bloggueurs, et même un violoncelliste des Musiciens du Louvre, égaré par ici.

Photo courtesy of Djac Baweur.
------------------------
* CSO: Chicago ou Chantier Symphony Orchestra, selon le contexte.

4 Comms':

{ Papageno } at: 21 mai 2008 à 21:33 a dit…

"une contreclarinette archibasse" ... ach so ! eine Ulta-Kontra-Kontrabaß-Klarinette ! C'est le modèle qu'il faut une grue pour déplacer ? Voilà qui aurait plu à Ben.

{ [ Ben ] } at: 22 mai 2008 à 16:08 a dit…

Oh !! T'aurais pu prendre une photo au moins !! ^^

Un jour il faudra que je vienne voir l'EIC...

{ klari } at: 23 mai 2008 à 09:25 a dit…

Des sources bien informées me disent que ce n'est qu'une vulgaire clarinette contrebasse. Mais quel son! Quels peuweueheus caverneux !

Oui, l'EIC, c'est techniquement époustouflant..!

{ [ Ben ] } at: 23 mai 2008 à 16:41 a dit…

Oui, les sons sont particuliers.. il faut être au courant pour savoir que c'est une clarinette !

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White