mercredi 26 mars 2008

Une soirée à Gaveau avec l'Orchestre Colonne.


3 Comms'
Salle Gaveau - 18 mars 2008
Orchestre Colonne, Laurent Petitgirard

Arvo Pärt : Cantus in memory of Benjamin Britten
Beethoven : Concerto n° 4 pour piano (Michaël Lévinas, piano)
Debussy : Children's corner
Debussy : Soirée dans Grenade
Pierné : Iseÿl

Ce programme est conçu pour vous plonger dans une profonde mélancolie extatique, puis par petites touches, égayer l'atmosphère, jusqu'aux guillerettes fantaisies indianisantes d'Iseÿl, du très oublié Pierné, qui fut un temps directeur de l'Orchestre Colonne.

On commence donc par le Cantus in Memoriam Benjamin Britten, d'Arvo Pärt, pour cordes et cloches. Si vous interrogiez un musicien, il vous dirait peut-être quelque chose de cet acabit "c'est une oeuvre très chiante à jouer. On joue un la, puis la-sol, puis la-sol-fa, puis la-sol-fa-mi, etc, etc.. et çà n'en finit pas". Mais rectifions un peu le tir. Le rédacteur du programme, distribué gratuitement aux spectateurs (merci Colonne!) a de manière évidente les mêmes sources que moi: Wikipédia, Alléluia. Où on peut lire qu'il s'agit en fait d'un canon de proportion sur une gamme de la mineur. Il s'agit d'une œuvre incroyablement envoûtante, malgré son apparente simplicité. Les cinéastes ne s'y sont pas trompés, puisqu'on peut entendre cette œuvre dans plusieurs films et séries télévisées, notamment Spooks, une série anglaise, très anglaise, que j'affectionne particulièrement.

Changement drastique de genre après le réarrangement de la scène: d'une part, je suis encore chez Arvo Pärt, et peu réceptive à Beethoven, d'autre part, Lévinas (Michaël, pas Emmanuel, hep), quoique excellentissime pianiste, me parait guère adapté au style de l'œuvre. C'est incroyablement maîtrisé, mais très intellectuel. J'ai presque l'impression de l'entendre réfléchir : "tiens, je vais essayer ceci", "ou pourquoi pas prendre ce passage comme cela?". J'aurais aimé un peu plus de fougue romantique, moi.

Par contre, sur un bis, qui à mon avis, doit probablement être Saint-François d'Assise parlant aux oiseaux (quelqu'un peut confirmer?), son recul apporte une puissance nouvelle à l'œuvre, au lieu de la cantonner à un simple morceau de bravoure. Le public ne s'y trompe pas, et rarement bis aura été aussi religieusement écouté. (Erratum: c'était les Jeux d'eaux à la villa d'Este. Raté!)

Après l'entracte, du Debussy orchestré par des musiciens qui ont tous quelque chose à voir avec Colonne. Petitgirard l'expliquera lui-même, mais l'histoire est complexe: "En effet, X qui était timbalier solo de Colonne, qui avait joué à la création de l'oeuvre de Debussy, qui était son colocataire, pile poil 100 ans après la création du concerto de Beethoven". Bref, j'en perds mon latin, mais qu'importe, le public adore! Il n'y a pas de quoi s'excuser pour ce qui suit : Children's Corner, c'est sympa. Très sympa. Dans ma rangée, on tape du pied avec véhémence, notamment sur le Golliwogg's Cake-walk, ironiquement agrémenté d'un peu de Wagner.

S'ensuit une Soirée à Grenade, une pièce arabo-hispanisante illuminée par un bouleversant solo de cor anglais. Probablement celui qui avait du réparer son instrument in extremis l'autre fois ?

Et on finit sur Iseÿl, certes une pièce orthographiquement redoutable, mais assez oubliable, si on omettait l'intervention de Petitgirard "C'est une histoire très classique : un méchant est amoureux de l'héroïne. Qui, évidemment, le tue. Elle est condamnée à mort. Elle meurt. (prend un air malicieux) Elle arrive au paradis où l'attendent d'intéressantes compensations célestes.."

3 Comms':

{ bladsurb } at: 27 mars 2008 à 10:04 a dit…

Je n'étais pas là, mais Simon Corley si, qui déclare, pour le bis :

http://www.concertonet.com/scripts/review.php?ID_review=4563

"En bis, Les Jeux d’eau à la Villa d’Este, extraits de la Troisième (1877) des Années de pèlerinage de Liszt, permettent cependant de rester sur une meilleure impression."

{ Julie } at: 27 mars 2008 à 15:34 a dit…

Coucou !

Comptes-tu te rendre au festival de Romans ?
Je viens de publier un article pour s'organiser entre blogueurs (covoiturage, hébergement, rencontres...) :
http://culture-confiture.over-blog.fr/article-18158085.html
Viens contribuer à rendre ce festival encore plus convivial !

{ Klari } at: 27 mars 2008 à 20:42 a dit…

Bladsurb: bon, d'accord, je n'étais pas loin. Enfin. C'est du Liszt et c'est pour piano, quoi.. Merci pour l'info!

Julie: Romans, ce sera sans moi, cette année! Merci pour le tuyau.

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White