mercredi 22 août 2007

1 Comms'
Philadelphia Story / Indiscrétions
Pelouse de la Villette

Samedi 18 août

-------------------------------------------------------------------------
Vous qui vous vous demandez déjà ce que fabrique ce film dans le klariscope (réputé s'occuper uniquement de productions centreuropéennes), laissez-moi rappeller quelques détails: je n'ai malheureusement pas réussi à inventer une ascendance russe pour Katharine Hepburn, mais il s'agit toutefois d'un film MGM ( un M biélorusse, le G polonais), produit par Joseph L. Mankiewicz (un petit polak?) et mis en scène par George Cukor (ce hongrois). Et le légendaire Sydney Guilaroff aux bacs à shampooing. Anglais de naissance, certes, mais en cherchant bien, il devrait bien y avoir un peu de sang russe..

Ayant ainsi établi que ce film n'a d'américain que le nom, critiquons maintenant, critiquons. Ce qui ne va pas être tâche facile, car ce film frise dangereusement la perfection, des seconds rôles les plus effacés aux dialogues, en passant par les décors.

Probablement un des films les plus drôles de l'histoire du cinéma (il devrait y avoir un Oscar du rire, mais je suppose qu'il ne serait que rarement attribué), où George Cukor et Donald Ogden Stewart montrent leur maîtrise sans égal des ficelles du comique, sans jamais tomber dans la lourdeur ou le superflu, le tout fabuleusement bien rythmé. Quelques instants de grâce, comme la scène où James Stewart, ivre mort, tente de réveiller Cary Grant en hurlant "C.K. Dexter Haven", nom imprononçable s'il en est, à plusieurs reprises. En quelques instants, un comique à la fois de situation, de mots, et de caractère. Si cela ne relève pas du génie. En général, James Stewart est d'ailleurs fabuleux dès qu'il s'agit de se moquer du train de vie très aristocratique de la famille Lord.
Jamais vulgaire, la réplique la plus vulgaire était à la rigueur le "dost thou have a washroom? thank thee" très élisabéthain adressé par James Stewart à la bibliothècaire, repris, peut-être, par Richard Curtis dans Bridget Jones (où Renée Zellweger pose la même question à un Salman Rushdie éberlué), en moins drôle, certes.

J'ai un petit faible pour les seconds rôles, pour le fiancé un peu paumé joué par John Howard tombé dans l'oubli après ce film, pour l'extraordinaire Uncle Willie, dont l'apport au film est relativement faible, mais savoureux, l'unique but de cet oncle étant de profiter de la cave (impressionnante) de la famille Lord, émaillant sa quête de quelques répliques mémorables. Ruth Hussey est chargée des répliques pince-sans-rire, un brin acide, qu'elle égrène avec brio. La toute jeune Virginia Weidler (13 ans à l'époque) crève l'écran, ce qui est une performance impressionnante, au vu du reste du casting. Une présence incroyable, un jeu très juste, elle aussi tombée très vite dans l'oubli, et c'est bien dommage.

Quant aux premiers rôles, Katharine Hepburn, dont le personnage est nommé, par une coïncidence rigolote, Tracy, elle est très, euh, elle-même. Bonne famille de la côte Est, caractère de chien, mitraillant ses répliques, éduquée à Bryn Mawr, n'est-elle-pas? J'ai été frappée pour la qualité de son français, qu'elle parle incroyablement bien, avec un accent ni américain, ni français. Juste hepburnien. Si cela ne vous parle pas, Cate Blanchett fait une incarnation , un brin exagérée toutefois, de l'accent hepburnien dans The Aviator.

Et Cary Grant? Il fait tout simplement oublier que l'automne frappe à la porte et qu'une brise un peu fraîche souffle sur la pelouse de la Villette. Soit dit au passage, si certaines irréductibles romantiques s'imaginaient que James Stewart se rapprochait du concept d'homme parfait (pianiste, princetonien, grand, beau, pilote d'avion, accordéoniste, oscarisé, fidèle à bobonne) revenez vite sur terre, c'était un indécrottable républicain, un des rares à soutenir Nixon et qui plus est, enthousiasmé par la chasse aux sorcières. Cela donne froid dans le dos, n'est-ce-pas?

1 Comms':

{ tidoigts } at: 28 août 2007 à 10:00 a dit…

coucou klari, je suis rentrée.
moi aussi j'aime ces films, ces acteurs, les dialogues...je ne m'en lasse pas. passe une douce journée.

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White