mercredi 30 mai 2007

Zut, j'ai failli oublier que c'était mercredi.


0 Comms'
Encore une fois, nous dérogerons à la règle qui exige "un film, un livre, et un CD" : aujourd'hui, uniquement des livres, suite à un petit saut à la librairie anglaise Brentanos, avenue de l'Opéra.

Je suis ressortie avec une wish-list de quelques kilomètres de long, ce qui, après élagage, donne:

la biographie de Rostropovitch : Mstislav Rostropovich, the legend of class 19, par Elizabeth Wilson, déjà connue pour sa biographie de Jacqueline du Pré. Que je n'ai pas lue, mais j'en profite pour vous recommander la biographie de Du Pré par sa soeur et son frère, A Genius in the Family. Ce sont des propos à la fois tendres et impitoyables comme seule la famille peut en tenir. Vous vous doutez bien qu'il s'agit d'une lecture très éprouvante : une enfance en compagnie d'une chipie archi-douée, puis une vie adulte en compagnie d'une jeune femme gravement malade, souffrant de sclérose en plaques. La vie de Rostropovitch, sans tomber dans le comique, n'a pas cette couleur tragédie grecque : avec un peu de chance, vous pourrez lire quelques apartés sur les folles soirées qu'il a passées à refaire le monde avec Chostakovich en buvant du vin importé illégalement. Ceci dit, il semble que le livre est surtout centré sur son héritage musical, ce qui n'est pas moins passionnant. Bref, le livre de l'été.

- The Age of Fallibility, par George Soros. Nous n'avions pas encore mentionné sur ce blog le hongrois le plus controversé de l'histoire.. Et pourtant des hongrois controversés, nous n'en manquons pas. Vous pouvez consulter les excellentes critiques rédigées par des gens plus futés que votre serviteur (et qui surtout, ont lu ce livre!) sur le site Amazon américain. Et n'hésitez pas à faire un petit tour sur le site de l'Open Society Institute, ils font un boulot remarquable.
Si vous préférez la finance, il a aussi écrit sur le sujet. Mais là, çà ne rentre plus du tout dans le cadre du blog.

Un livre fabuleusement drôle, pour peu que vous aimiez l'humour un peu grinçant des médecins : Another Day in the Frontal Lobe, par Katrina Firlik, narrant ses aventures de neurochirurgien. Ou plutôt de neurochirurgienne. Ames sensibles, passez votre chemin. Au programme: un charpentier débarquant aux urgences, un clou dans le crâne, ou encore un gamin atteint d'une méningite carabinée, dûe à la négligence d'une maman New Age (ah! les parents!). Beaucoup plus cru, plus réel aussi, plus drôle et plus intéressant que certaines séries télévisées. Moi, çà me donnerait envie de faire de la neurochirurgie. Na!
En français, vous pouvez lire La Grande Garde, d'Antoine Sénanque, dont Pierre Assouline a fait une magnifique critique sur son blog. Encore un neurochirurgien à la plume. Y aurait-il une intéressante corrélation entre la neurochirurgie et l'écriture?

0 Comms':

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White