vendredi 13 avril 2007

La journée internationale des Rroms, 8 avril 2007


0 Comms'
Merci à Pat Rousseau, un des deux petits lutins fondateurs de Polyglot, qui a bien voulu me permettre de publier ses photos!

Il règne une ambiance bon enfant, au Studio Albatros de Montreuil, où est réuni un public assez hétérogène : des parisiens des beaux quartiers vêtus de manière savamment négligée, des Rroms endimanchés, des musiciens se mêlent au public, le pavillon d'un hélicon semble planer un peu au-dessus de la foule. Des vieux, des jeunes, et des très (trop?) jeunes sur les genoux de leurs parents. Que voulez-vous, pour en faire de bons musiciens, il faut les faire tomber dedans quand ils sont petits.

Une gigantesque salle un peu délabrée, éclairée au néon (ce ne sont pas à proprement parler des néons, mais l'effet est exactement le même), il n'y a déjà plus à boire au bar en fin d'après-midi. Une air de kermesse de fin d'année dans une petite ville de province roumaine. Beaucoup moins décalé que le Théâtre des Champs-Elysées qui accueillera Goran Bregovic le 21. J'ai du mal à m'imaginer écouter Bregovic dans un fauteuil de velours, sans la possibilité de brailler à pleine voix les refrains connus, de siroter un petit quelque chose pour me désaltérer..

Bref, une ambiance sympathique, et un line-up tout aussi intéressant. Bielka, une chanteuse russe à la voix mal assurée mais touchante, André Minvielle et Marc Perrone, Akli D (K4). bref, de la musique d'obédience tsigane d'un peu partout : de Roumanie, de Kabylie, de Macédoine, de la banlieue parisienne, et de Bretagne : Titi Robin. Euh.. Le tout assez inégal musicalement toutefois d'autant plus qu'on n'a guère le temps de se plonger dans l'univers des artistes : chacun ne joue qu'un quart d'heure.

Un jeune violoniste a exécuté avec courage des extraits, notamment la Chaconne, des Partitas et Sonates de Bach pour violon solo, alors que tout conspirait à lui nuire : un public venu pour écouter des morceaux nettement plus enlevés, l'absence de pupitre, quelques problèmes d'organisation, et un sens du rythme et de la justesse assez libre. Bah. Tout au plus lui reprocherais-je d'avoir voulu s'attaquer aux morceaux les plus difficiles du répertoire, que bien peu de violonistes osent jouer en concert (et ce avec raison), et aussi d'avoir inventé quelques mesures, en remplacement de celles cachées par la pince qui maintenait la partition sur le chevalet. Mais ceux qui aiment Bach méritent définitivement une mention spéciale du klariscope. Je vais quand même vous mettre des liens vers Jasha Heifetz d'une part, et Joshua Bell (dans le métro de Washington D.C.) d'autre part, interprétant cette même chaconne.

Et puis le temps est passé très vite, les concerts se sont suivis, égayés par les balourderies de quelques spectateurs farfelus, comme celui qui est venu gambader sur scène, manquant éborgner un accordéoniste, et débranchant quelques fils au passage. Ou la dame d'un certain âge, qui a du passer le plus clair de son temps à Katmandou au cours des 30 dernières années. Et qui a besoin de beaucoup, beaucoup d'espace pour danser. Ou de pieds sur lesquels marcher.

0 Comms':

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White