jeudi 15 mars 2007

Zsuzsanna &Co - compte rendu


1 Comms'
Zsuzsanna entre sur scène et déclame :

La porte est ouverte - tu peux entrer,
La chaise est vide - tu peux t'asseoir,
Le lit est prêt - tu peux venir coucher (sic)
La porte est ouverte - tu peux t'en aller

Ceci est une chanson d'amour hongroise.

Méfiez vous des hongrois(es). Il s'agissait donc d'une formation chant+ guitare + percus + contrebasse et violon... Je pense que les musiciens devaient être plutôt bons, car ils ne m'ont pas dérangée ni empêchée d'écouter le violoniste.

Zsuzsanna chante des textes en hongrois, en rom, en yiddish. Ce qui ne peut qu'améliorer l'image de notre pays, parfois remarqué pour son nationalisme (en cette veille de Fête Nationale), son antisémitisme et sa xénophobie, essentiellement à l'égard des Roms.

Elle n'a peut-être pas la voix la plus intéressante de Paris, mais elle a une présence scènique très forte, une force de conviction indéniable. Et des musiciens époustouflants. Un guitariste virtuose , Csaba Palotai, du Grupa éponyme (et qui a signé la pétition pour la sauvegarde des VI et VII arrondissements à Budapest, que je vous supplie de signer également. Il s'agit en fait de l'ancien quartier juif de Bp). Les musiciens ont réussi, par je ne sais trop quel miracle technique, un son mi-tsigane, mi-jazz, mi-pop, bref, bien à eux, sans le côté parfois kitschissime du tsigane pur, sans le côté france-culture-à-quatre-heures-du-matin que le jazz peut présenter. Le tout dans une salle qui s'y prêtait très bien. Vous voudriez une description? Nan, z'avez qu'à y aller un jour. Studio de l'Ermitage, Métro Jourdain. Parfait pour ceux qui bossent tard, c'est pratique, le concert a en effet commencé bien en retard. Le vin rouge y est chambré et économique. La programmation irréprochable. Le staff adorable.

Et le violoniste. Ah, le violoniste. Sublime (d'ailleurs, depuis quand les violonistes sont moches?). Un beau son. Archi-précis. Trop peut-être. Je mettrais ma main à couper , ou du moins un orteil, que ce monsieur a eu une formation classique, c'est net, c'est précis, c'est maîtrisé, le son est propre et régulier, même dans les quintuples croches. Zut! Même dans les passages les plus endiablés, il manque cette frénésie, cette sensation que les gesticulations du violoniste vont provoquer divers cataclysmes: les cordes vont casser, éborgnant un membre du public, les crins de l'archet vont s'éparpiller partout, la scène va s'effondrer , etc .. Bon, tout le monde n'est pas un Felix Lajko. (un p'tit clip youtube, où il joue exceptionnellement autre chose qu'un allegrissimo exaggerato)

Après avoir relu ce paragraphe, je me rends compte que j'ai peut-être exagéré : ce n'est pas un violoniste classique qui essaie pathétiquement de jouer à la tsigane, il s'agirait plutôt d'un violoniste très convaincant dans le genre tsiganisant, il manque juste ce je-ne-sais-quoi , qui sur le CV, vous garantit directement une embauche chez les Tarafs de Haidouks.

Le violoniste du Freylekh Trio, lui, a ce machin. Superbe coincidence, ils passent la semaine prochaine. Il appartient définitivement au genre de violonistes qui permettent de mieux comprendre pourquoi certaines personnes ont voulu exorciser le sieur Paganini, à l'époque. Ouaip, il sort de son instrument des sons qui n'ont plus grand chose de catholique et qui ne viennent certainement pas de ce monde. C'est grâce à lui, qu'un jour, je me suis dit, tiens, cet instrument est plus intéressant qu'il n'en a l'air.

J'aurais bien voulu vérifier ma théorie auprès de ce violoniste,savoir si vraiment il avait suivi une formation classique. J'aurais peut-être pu, après tout, j'ai fait la queue juste derrière lui aux chi***es du Studio de l'Ermitage, mais il est quand même indéniable qu'un beau brun, musicien de surcroît, çà a toujours quelque chose d'intimidant.

Bon 15 mars à tous !

1 Comms':

Anonyme at: 31 mars 2009 à 12:14 a dit…

Merci pour votre critique. Vous n'avez pas non plus le sens d'écriture le plus fort de Paris. Et le violoniste a une formation classique.

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White