mercredi 14 mars 2007

C'est aujourd'hui mercredi!


0 Comms'
Et à l'image d'un bloggeur célèbre , c'est l'heure de présenter un bouquin, un film et un CD. Faisons un petit tour vers la Russie, pour une fois.

Un livre : Nous autres, d'Eugène Zamiatine. (oh, puis flûte, allez plutôt lire l'article en anglais sur Wikipedia, l'article en français est ridiculement pauvre). Le bouquin fondateur de la contre-utopie ou dystopie, dont les fleurons sont 1984, Le meilleur des Mondes, etc..

Restons sur une veine tragique : un film russe, qui a lancé une vague d'adoptions d'enfants russe (Schroeder, notamment, aurait adopté deux bambins de Saint-Pétersbourg : l'Italianetz.Si le film a reçu de nombreux prix (La chèvre d'Or du festival de Poznan (!) entre autres), les critiques restent mitigées.. Vous pouvez vérifier par vous même au Reflet Médicis ou dans l'une ou l'autre des 16 salles qui le diffusent.

J'ai récemment dégoté un enregistrement du concerto pour deux violons de Bach,a vec Menuhin et Oistrakh. Arg. Oh. Pouf. C'est indescriptible. Quand on cligne les yeux, on peut même entre-apercevoir Bach dans un coin esquissant un sourire satisfait. Ou se repelotennant, bien au chaud dans sa tombe, avec un grognement de plaisir.

Rincez-vous l'oeil quelques minutes sur Youtube :le son en lui-même est très bon, Menuhin et Oistrakh rayonnent, l'orchestre a un son particulièrement primesautier, scintillant, un vrai moment de bonheur. Il parait pourtant que les préparatifs ont été quelques peu complexes : Menuhin jouait, me semble t'il alors, sur le Soil, un des violons de l'âge d'or de Stradivarius. Un violon avec lequel vous pourriez réveiller un régiment de marmottes, aussi. Il s'agit d'un des violons les plus puissants qui existent. Si çà ne se voit pas sur la vidéo, Oistrakh joue toute sa partie fortissimo, et Menuhin essaie dans la mesure du possible de convaincre son violon de chuchoter en ultra-pianissimo...

Mais ce serait un peu triste de se cantonner à recommander seulement le concerto pour 2 violons de Bach alors qu'il a fait tellement d'enregistrements magnifiques... Bref: allez donc jeter un petit coup d'oeil sur sa biographie, et sa discographie. Les valeurs sûres restent toutefois son Chostakovitch, qui lui a dédié une bonne partie de ses compositions pour violon, et les concertos de la période romantique..
Un astéroîde (le 42516) a été nommé en son honneur. J'espérais que c'était celui où réside le Petit Prince avec sa fleur, ses volcans et ses couchers de soleil. C'est malheureusement peu probable, car il habite au B612..

0 Comms':

Enregistrer un commentaire

 

Mentions légales - Copyright © 2007-2012 Le klariscope. Tous droits sur les chroniquettes patati, patata.
RSS Feed. Ce blog est fièrement propulsé par Blogger. La template est signée dzignine d'après le modèle Minima-White